Un policier du commissariat de Carpentras s’est suicidé


Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Un policier de 51 ans a mis fin à ses jours en fin de semaine dernière dans la Drôme. Il avait disparu depuis une dizaine de jours.

Son corps sans vie a été découvert en lisière de forêt à Divajeu (Drôme), ce vendredi. Un policier de 51 ans affecté à Carpentras (Vaucluse) s’est donné la mort en utilisant son arme de service. Marié et père de deux enfants, le défunt avait disparu depuis une dizaine de jours et était recherché. Les circonstances de son geste fatal ne sont pas connues. Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie de Crest.

Il s’agirait du 21ème suicide d’un policier national depuis le début de l’année. Un triste bilan auquel il faut ajouter le décès d’un élève policier adjoint qui s’est donné la mort le 19 juillet dernier. Quelques jours plus tôt, un policier de 56 ans qui travaillait au commissariat de Verdun (Meuse) s’est ôté la vie.

Le ministère de l’Intérieur a mis en place deux dispositifs pour lutter contre ces tragédies qui touchent durement les policiers. Une ligne d’écoute est disponible pour les fonctionnaires victimes d’agressions ou de menaces au 0800 95 00 17, tous les jours, de 5 heures à 23 heures ; et une cellule de soutien psychologique est aussi ouverte 24h/24 au 0805 230 405. Les appels sont « anonymes, confidentiels et gratuits ».

De plus, trois associations luttent également contre ces drames à répétition : SOS Policiers en Détresse (PEPS-SOS), Assopol, et Alerte police en souffrance (APS).