Un syndicaliste policier convoqué par l’IGPN après la diffusion d’une vidéo montrant une intervention


L'intervention des policiers avait été filmée. (capture écran vidéo/Unité SGP FO)

Un délégué du syndicat Unité SGP Police FO est convoqué par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), suite à la diffusion d’une vidéo montrant l’intervention de policiers en août dernier à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Abdel Nahass, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police FO en Meurthe-et-Moselle est convoqué par l’IGPN le 19 mars prochain dans le cadre d’une enquête ouverte pour « violation du secret professionnel ». L’affaire concerne la diffusion d’une vidéo montrant une intervention délicate d’un équipage de police, dans la nuit du 28 au 29 août à Vandœuvre-lès-Nancy. Le mis en cause, bien connu de la justice, a récemment été condamné en appel dans cette affaire.

Sur ces images venant d’une caméra personnelle d’un policier, il est possible de voir les fonctionnaires qui tentent, difficilement, d’interpeller cet homme au volant d’une Renault Mégane. Ce dernier finit par accélérer et prendre la fuite, traînant un policier sur 500 mètres. L’un de ses collègues avait ouvert le feu mais cela n’avait pas suffi à stopper le fuyard. L’homme avait finalement été interpellé peu après à Chavigny. Au départ de cette affaire, des faits d’escroquerie.

Cinq ans de prison

Le mis en cause a écopé d’une peine de cinq ans de prison dont quatre ans ferme en première instance, en octobre dernier. Jugé en appel il y a une dizaine de jours, il a été condamné à cinq ans de prison ferme pour violences volontaires, rébellion et refus d’obtempérer.

Le parquet estime que la diffusion de cette vidéo est un viol du secret professionnel. « L’enquête vise la diffusion sur Youtube d’une vidéo extraite d’une procédure pénale », a expliqué le procureur de la République de Nancy, François Pérain, cité par Le Figaro. Selon le magistrat, l’enquête « a pour but d’identifier avant toute chose les policiers qui ont remis à un syndicat un document couvert par le secret de l’enquête et le secret professionnel ».

La diffusion « n’a en rien troublé l’enquête »

Dans un communiqué, le syndicat Unité SGP Police FO « estime que la diffusion de cette vidéo, tenue à disposition des enquêteurs, n’a en rien troublé l’enquête et a permis, grâce à la résonance médiatique, de mettre en lumière les difficiles conditions d’intervention des policiers et les risques encourus face à des délinquants extrêmement déterminés à ne pas se laisser interpeller ».

L’organisation insiste sur le fait que « cette séquence avait été diffusée dans son intégralité à l’audience du tribunal correctionnel », en première instance, et met en cause la décision du parquet : « L’objectif est-il de réduire au silence le syndicat majoritaire afin de l’empêcher de dénoncer les conditions de travail des policiers ? »