Vaccin AstraZeneca : L’agence du médicament confirme un risque de thrombose «très rare»


Le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus. (Giovanni Cancemi/shutterstock)

L’Agence du médicament (ANSM) a confirmé ce vendredi l’existence d’un risque « très rare » de thrombose atypique, après de nouveaux cas survenus en France, dont deux décès.


« Neuf cas de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie (il s’agit d’une diminution du nombre de plaquettes dans le sang, ndlr) ou à des troubles de coagulation ont été déclarés », note l’Agence du médicament (ANSM) dans son dernier point de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19.

Parmi ces cas, deux décès ont été enregistrés entre le 12 et le 18 mars, dont celui d’un étudiant en médecine à Nantes (Loire-Atlantique) le 18 mars, quelques jours après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca. Des analyses supplémentaires sont en cours dans ce dossier, dans le cadre d’une enquête judiciaire.

« Ces cas sont survenus dans un délai médian de 8,5 jours après la vaccination chez des personnes sans antécédents particuliers identifiés à ce jour (7 patients de moins de 55 ans, 2 patients de plus de 55 ans) », précise le point de situation.

« Le caractère très atypique de ces thromboses, leurs tableaux cliniques proches et le délai de survenue homogène conduisent le comité de suivi à confirmer la survenue, très rare, de ce risque thrombotique chez les personnes vaccinées par le vaccin AstraZeneca », ajoute l’agence sanitaire.


Un vaccin « sûr et efficace »

Le vaccin AstraZeneca avait été suspendu par plusieurs pays européens – dont la France – le 15 mars, après des signalements faisant état de caillots sanguins qui se sont révélés mortels dans certains cas. La France a finalement repris l’utilisation du vaccin 72 heures plus tard, après l’avis de l’Agence européenne du médicament (EMA) qui l’a jugé « sûr et efficace ».

La Haute autorité de santé a toutefois recommandé de le réserver aux personnes de 55 ans et plus car jusqu’alors les cas de thrombose veineuse cérébrale avaient uniquement été observés chez des moins de 55 ans.

Plus de 1,4 millions d’injections ont été réalisées au 18 mars 2021 indique l’ANSM. « Depuis le début de la vaccination avec le vaccin AstraZeneca, 5693 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Amiens et Rouen). La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées) ».