Violences devant un lycée à Saint-Nazaire : quatre policiers blessés et trois interpellations


Les policiers ont été pris pour cible à proximité du lycée Aristide-Briand de Saint-Nazaire. (capture écran @raphaelgook)

Les forces de l’ordre ont été violemment prises à partie par une centaine d’individus à proximité du lycée Aristide-Briand à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), ce mercredi matin. Quatre policiers ont été blessés et plusieurs personnes ont été interpellées, notamment un homme accusé d’avoir lancé un cocktail Molotov sur les fonctionnaires.

La matinée avait débuté vers 8 heures par le blocage du lycée Aristide-Briand, situé sur l’avenue Pierre-de-Coubertin. Des lycéens voulaient protester contre le maintien des épreuves du baccalauréat, écrites et orales. Une centaine de lycéens, rejoints par une cinquantaine de personnes venues en découdre avec les forces de l’ordre, sont partis en cortège pour une manifestation.

Les policiers ont été la cible de nombreux jets de projectiles. Un cocktail Molotov a également été lancé mais il s’est éteint avant d’arriver sur les fonctionnaires. Des renforts de police ont été envoyés sur place, notamment des policiers de la compagnie départementale d’intervention (CDI), et de nombreux moyens lacrymogènes ont été utilisés pour faire reculer les émeutiers.

« ACAB »

Une femme de 38 ans qui a tagué « Steve » sur le pare-brise d’un véhicule de police sérigraphié a été interpellée. Déférée, elle doit être jugée dans le cadre d’une comparution immédiate ce jeudi. Une seconde femme a quant à elle été interpellée alors qu’elle avait dérobé un panneau de signalisation, sur lequel elle avait inscrit « ACAB », quatre lettres qui signifient « All cops are bastards », (« Tous les flics sont des bâtards », ndlr).

Des vidéos amateurs ont été diffusées sur les réseaux sociaux. On aperçoit notamment un individu venir au contact des policiers.

Deux autres véhicules de police ont été dégradés par des projectiles et des tags, et quatre policiers ont été blessés au total durant les affrontements, dont l’un au niveau de la tête. Deux d’entre eux se sont vu attribuer deux jours d’Incapacité totale de travail (ITT). La situation n’est revenue au calme que vers 12h30.

Un jeune homme interpellé ce jeudi matin

Ce jeudi matin, un suspect de 24 ans accusé d’être l’auteur du jet de ce cocktail Molotov a été interpellé selon nos informations, confirmant celles de Ouest-France. Il a été placé en garde à vue. Il est déjà connu de la police et de la justice.