Voiture tombée dans une rivière dans le Finistère : un deuxième enfant est décédé


Une automobiliste a terminé sa course dans la rivière Quillivaron, à Lampaul-Guimiliau. (capture écran Google view)

Une mère de famille a fait une sortie de route ce mercredi à Lampaul-Guimiliau (Finistère), son véhicule est tombé dans la rivière Quillivaron. Le corps sans vie d’un enfant de 10 ans qui se trouvait dans le véhicule, avait été retrouvé peu après. Sa sœur qui allait avoir 4 ans est décédée des suites de ses blessures.


L’accident s’est produit en fin de matinée ce mercredi. Une femme au volant de sa voiture sur la D11 à Lampaul-Guimiliau, a fait une sortie de route. Ses trois enfants se trouvaient avec elle dans le véhicule.

La voiture s’est retrouvée dans la rivière Quillivaron, sur le toit, et a été poussée par le courant jusque sous le pont, où elle s’est retrouvée bloquée explique Ouest-France.

L’un des enfants âgé de 10 ans a été porté disparu et des recherches réalisées par des plongeurs ont permis de le retrouver, hélas sans vie, peu après 15 heures.

Évacués en état d’urgence absolue

Sa sœur âgée de presque 4 ans et un troisième enfant de 8 ans ont dans le même temps été pris en charge par les secours alors qu’ils étaient en arrêt cardio-respiratoire. Ils ont été évacués en état d’urgence absolue à l’hôpital Morvan de Brest.


La petite fille est malheureusement décédée dans la nuit de mercredi à jeudi. Le troisième enfant a de son côté été transféré au CHU de Nantes.

Elle aurait tenté d’éviter deux véhicules à l’arrêt

La mère de famille âgée de 37 ans est quant à elle hospitalisée à Brest. Son état de santé n’a pas été précisé mais elle serait consciente.

Au moment du terrible accident qui s’est produit sur une ligne droite, la trentenaire aurait tenté d’éviter deux véhicules qui la précédaient et qui étaient à l’arrêt, alors que la chaussée était mouillée selon Le Télégramme. En outre, les dépistages d’alcool et de stupéfiants se sont révélés négatifs. Une enquête a été ouverte.

A l’école Notre-Dame-des-Victoires de Landivisiau où étaient scolarisés les trois enfants, une cellule psychologique a été ouverte.