Yvelines : Un chauffard refuse d’obtempérer et fonce sur un policier qui ouvre le feu à 5 reprises


Illustration © Actu17

Une folle course-poursuite entre Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et Trappes (Yvelines) a trouvé son épilogue après plusieurs coups de feu d’un policier qui s’est retrouvé en mauvaise posture, face à la voiture du fuyard.


L’affaire a débuté lorsqu’un automobiliste a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de Boulogne-Billancourt, ce vendredi vers 1 heure du matin.

L’homme au volant de cette Renault Laguna à la conduite erratique a été suivi, alors qu’il multipliait les infractions au Code de la route, relate Le Parisien. Pris en chasse par les policiers, le chauffard a emprunté l’autoroute A13 puis l’A12 dans le sens Paris-province avant d’arriver sur la RN10 à Trappes.

Immobilisé un temps, il repart et fonce sur un policier

Les policiers ont fait usage de plusieurs herses pour tenter d’arrêter la voiture en fuite. Deux véhicules de police sont parvenus à bloquer sa progression vers 1h10 au niveau du square Paul-Langevin. À ce moment-là, plusieurs fonctionnaires se sont approchés à pied pour procéder à l’interpellation du fuyard.

Ce dernier a redémarré en trombe sur la RN10 et a foncé sur un policier qui se trouvait seul sur sa route, dans l’impossibilité de se dégager.


Cinq coups de feu

Se sentant en danger, le policier a tiré cinq fois en direction du fuyard. Trois projectiles ont touché la carrosserie et un quatrième s’est logé dans un pneu. La voiture s’est définitivement arrêtée et le suspect a été interpellé.

Ivre, il a été placé en garde à vue différée. Il est poursuivi pour « refus d’obtempérer », « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique », « mise en danger de la vie d’autrui », « conduite sous l’empire d’un état alcoolique » et « défaut de permis de conduire ».

Une enquête administrative en cours

En parallèle de la procédure judiciaire, une enquête administrative a été ouverte. Elle devra déterminer si l’usage de l’arme à feu par le policier était légitime. Dimanche soir, le parquet de Versailles devrait trancher sur la suite à donner concernant les deux volets de cette affaire.