Affaire Bygmalion : La Cour de cassation valide le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy


Nicolas Sarkozy le 6 mai 2016. (photo SC Image / Shutterstock.com)

La Cour de cassation a rejeté ce mardi 1er octobre le dernier recours formulé par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui contestait l’ordonnance de renvoi prises au printemps 2017 par le juge Tournaire.

Nicolas Sarkozy va être jugé par un tribunal correctionnel pour répondre du délit de « financement illégal de campagne électorale ». La justice le soupçonne d’avoir dépassé sciemment le plafond autorisé de dépenses, lors de sa campagne présidentielle en 2012. Le procès était suspendu depuis deux ans et demi à de nombreux recours.

L’affaire avait débuté en 2013 lorsque le conseil constitutionnel avait rejeté les comptes de campagne du candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy, pour un dépassement de 365 000 €.

Fausses facturations

Un vaste système de fausses facturations a alors été découvert, montrant un dépassement des comptes de campagne du candidat à hauteur de 20 millions d’euros. C’est par cet intermédiaire que des meetings auraient été facturés au-delà de leur vraie valeur.

En outre, l’UMP aurait payé 18 millions d’euros à la société Bygmalion pour des événements liés à la compagne de Nicolas Sarkozy. Certains n’auraient jamais eu lieu.


13 autres prévenus figurent dans ce procès à venir, dont Jean-François Copé.

Renvoyé aussi en correctionnel dans l’affaire dite « des écoutes »

Nicolas Sarkozy est déjà poursuivi pour « corruption » notamment, d’un haut magistrat de la Cour de cassation, et a aussi été renvoyé dans cette autre affaire dite « des écoutes », en correctionnelle.