Affaire des passeports : Alexandre Benalla mis en examen pour «faux et usage de faux document administratif»


Alexandre Benalla le 21 janvier 2019 au Sénat. (capture écran vidéo Sénat)

Alexandre Benalla, ex-chargé de mission à l’Élysée, a été de nouveau mis en examen, cette fois pour « faux » et « usage de faux ».

L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a été mis en examen le 11 février dernier dans l’enquête sur ses passeports diplomatiques, cette fois pour « faux et usage de faux document administratif » révèle Mediapart. C’est sa quatrième mise en examen depuis son départ tumultueux de l’Élysée.

Sept procédures judiciaires ont été ouvertes dans le cadre de l’« affaire Benalla » rappelle Le Parisien. L’ex-collaborateur du chef de l’État a notamment été mis en examen à deux reprises pour des violences commises en marge du défilé du 1er-Mai 2018, mais également suite à un selfie pris avec une arme durant la campagne présidentielle de 2017.

Concernant cette affaire de passeports, Alexandre Benalla avait déjà été mis en examen en janvier 2019 pour « usage public et sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle ». Il avait également été placé sous le statut de témoin assisté pour « abus de confiance », « faux et usage de faux document administratif » et « obtention indue de document administratif ». Un statut qui a donc évolué le 11 février dernier.

L’ancien employé de l’Élysée est soupçonné d’avoir utilisé du papier à en-tête de la présidence de la République pour se procurer un passeport de service, détaille le site d’informations en ligne.


« J’ai toujours reconnu l’erreur, manifestement banale »

« Je constate que les violations du secret de l’instruction se poursuivent. J’ai toujours reconnu l’erreur, manifestement banale, ayant consisté à utiliser les passeports diplomatiques qui m’ont été restitués après mon départ à l’Élysée à des seules fins de fast track. J’ai choisi de remettre à la justice, par l’intermédiaire de mon conseil, tous les passeports restés en ma possession », a réagi Alexandre Benalla à Mediapart.

Cette enquête a notamment pour but de déterminer dans quelles conditions l’ancien collaborateur du président de la République a continué à utiliser des passeports diplomatiques, après sa mise en examen en juillet 2018 pour des violences, lors du 1er-Mai.

Dans le cadre de ces investigations, trois proches collaborateurs d’Emmanuel Macron, dont le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler et son chef de cabinet de l’époque, François-Xavier Lauch, ont été entendus en avril 2019. Ce dernier est depuis peu le directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Toujours selon Mediapart, Alexandre Benalla aurait utilisé ses passeports diplomatiques pour se rendre dans plusieurs pays africains.