Attaque à la préfecture : Édouard Philippe lance 2 missions d’évaluation des agents de la lutte antiterroriste


Édouard Philippe. (photo Jacques Paquier/Flickr)

Le Premier ministre Édouard Philippe a décidé de lancer deux missions d’évaluation des fonctionnaires de la lutte antiterroriste. Le but sera de détecter d’éventuels signes de radicalisation chez ces agents.

Le gouvernement a décidé de prendre des mesures après l’attaque de la préfecture de police de Paris, mené par un agent administratif du service informatique de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), dont la radicalisation ne fait plus de doutes désormais. Ce dernier a tué quatre personnes, en blessant une autre, avant d’être abattu par un policier.

Une mission visant la DRPP, une seconde qui concernera tous les fonctionnaires du renseignement

Deux missions d’évaluation vont être lancées par Édouard Philippe. Le Premier ministre l’a annoncé dans une interview au JDD.

La première concernant la DRPP. Les inspecteurs vont examiner les outils et les procédures en place pour détecter les signes de radicalisations parmi les fonctionnaires, et vérifieront s’ils sont bien mis en œuvre. Les résultats sont attendus avant la fin du mois d’octobre.

La seconde visera l’ensemble des services de renseignement associés à la lutte antiterroriste, et devra vérifier que tous les cas d’agent posant problème ont bien été traités. Une réévaluation sera réalisée pour d’autres fonctionnaires si cela s’avère nécessaire. Une échéance a été fixée avant la fin de l’année.


Édouard Philippe renouvèle sa « confiance » au ministre de l’Intérieur

En outre, Édouard Philippe a renouvelé sa « confiance » envers le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. « J’ai toute confiance en Christophe Castaner, qui a fait état de ce qu’il savait au moment où il s’est exprimé. Il est dans le rôle qui est celui du ministre de l’Intérieur dans de telles circonstances », a expliqué le Premier ministre à l’hebdomadaire.

Une déclaration qui intervient alors que plusieurs responsables politiques, notamment Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National (RN), ont réclamé la démission de M. Castaner. De son côté, Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains (LR) a annoncé qu’il allait demander mardi une «commission d’enquête» à l’Assemblée nationale.

Christophe Castaner a annoncé qu’il s’exprimerait au JT de 13 heures de TF1 ce dimanche.