Attentat de Lyon : L’engin explosif «était composé de 250 à 400 grammes de TATP» a indiqué le parquet


Le suspect principal, Mohamed Hichem M., se trouve toujours en garde à vue ce mardi. (DR)

L’auteur présumé de l’attentat au colis piégé de Lyon Hichem M. a été déféré ce vendredi matin, à l’issue de sa garde à vue qui aura donc duré 96 heures.

Le parquet de Paris qui est en charge de l’enquête sur l’attentat de Lyon vendredi dernier, a révélé de nouvelles précisions. A commencer par la conception de l’engin explosif, qui était composé de 250 à 400 grammes de TATP, un puissant explosif.

Une charge qui aurait pu causer des dégâts extrêmement importants, lorsqu’on sait que 5 grammes de TATP suffisent à faire exploser un ordinateur portable.

L’engin explosif était composé de billes d’acier et de vis a précisé le parquet dans son communiqué, ainsi que d’un dispositif de déclenchement à distance par télécommande et d’une source d’énergie composée de 8 piles. Il s’agit des piles LR6 de la marque Amazon que les enquêteurs ont retrouvées sur les lieux et qui ont été déterminantes pour identifier le suspect principal, Hichem M, qui résidait chez ses parents à Oullins (Rhône).

Les enquêteurs étaient déjà arrivés à la conclusion que l’engin explosif qui était sophistiqué, n’a pas explosé comme prévu. L’explosion a été de faible intensité et plusieurs éléments de cet engin avaient été retrouvés intacts sur place par les policiers.


Inconnu des services de police, en situation irrégulière en France

En outre, le parquet a confirmé que Hichem M. était jusqu’ici inconnu des services de police et n’a jamais été condamné. Cet Algérien de 24 ans était arrivé en France en août 2017 avec un visa touristique de 90 jours, il est donc bien en situation irrégulière sur le territoire français.

Le mis en cause va être mis en examen

Hichem M. a été déféré ce vendredi matin au parquet de Paris et va être présenté à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire qui doit être ouverte des chefs de « tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste », « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et « fabrication, détention et transport d’explosif » a précisé le procureur dans un communiqué.

Le suspect principal a reconnu ce jeudi avoir agi au nom du groupe État islamique (EI) auquel il a avoué avoir prêté allégeance.