Coronavirus : L’hypothèse d’un couvre-feu nocturne pour lutter contre la deuxième vague


Le palais de l'Élysée. (photo ActuaLitté/Flickr)

Tous les indicateurs de la situation épidémique liée au coronavirus continuent à montrer une dégradation. Le gouvernement étudie plusieurs possibilités, notamment celle d’un couvre-feu nocturne.

De nombreuses métropoles sont déjà passées en état d’alerte maximale. Ce mardi, c’est Montpellier et Toulouse qui ont basculé et ont rejoint Aix-Marseille, Paris et sa petite couronne, Lyon, Grenoble, Lille, Saint-Étienne et la Guadeloupe.

C’est dans ce contexte délicat qu’un nouveau Conseil de défense se tient à huis-clos ce mardi matin à l’Élysée, avec comme ligne de mire de nouvelles mesures de restriction afin d’enrayer la progression du Covid-19 en France. Les ministres concernés par le coronavirus sont également conviés à Matignon ce mardi soir détaille Le Point.

Parmi les mesures qui pourraient être mises en place, l’hypothèse d’un couvre-feu nocturne dans les zones les plus à risque, notamment à Paris, est à l’étude explique l’hebdomadaire citant plusieurs sources au sommet de l’État. Une solution déjà émise par le conseil scientifique dès le 22 septembre, qui a été instaurée en Guyane mi-juin, apportant des résultats satisfaisants.

Quant à la mise en application, le couvre-feu pourrait débuter à 20 heures, à 22 heures ou encore à 23 heures. La mesure a été adoptée par Berlin et Francfort (Allemagne) le week-end dernier.


Actuellement à Paris, le taux d’incidence pour les 20-29 ans dépasse les 800 cas pour 100 000 habitants, alors que le seuil d’alerte est fixé à 50 cas pour 100 000 a rappelé Aurélien Rousseau, le directeur général de l’ARS Île-de-France sur BFMTV ce lundi.

Le « reconfinement général doit être par tout moyen évité »

Ce lundi matin, le Premier ministre Jean Castex a évoqué sur le plateau de franceinfo, « une deuxième vague forte ». « Pour faire face à cette deuxième vague, il ne peut plus y avoir de relâchement », a-t-il insisté, avant d’évoquer de possibles nouvelles mesures.

« Si dans cette période de quinze jours nous voyons que les indicateurs sanitaires se dégradent beaucoup, que les lits de réanimation se remplissent plus encore que prévu, nous pourrions prendre des mesures supplémentaires », a prévenu le chef du gouvernement, ajoutant toutefois que le « reconfinement général doit être par tout moyen évité » mais que « rien ne doit être exclu ».

« Rien n’est à exclure » prévient Marlène Schiappa

Interrogée sur la possibilité d’un couvre-feu en Île-de-France, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, Marlène Schiappa a répondu ce mardi matin au micro de LCI que « tout est en cours d’examen. Rien n’est à exclure ». « Beaucoup de gens respectent avec beaucoup de précautions l’ensemble des mesures sanitaires mais on observe que hélas ça ne suffit pas. D’autres mesures sont envisagées très localement », a-t-elle affirmé.

Le président de la République Emmanuel Macron s’exprimera au cours d’une interview télévisée ce mercredi soir, sur TF1 et France 2. Le chef de l’État sera interrogé par Gilles Bouleau et Anne-Sophie Lapix.