Covid-19 : Attestation dérogatoire et lieux publics fermés durant le couvre-feu… les annonces du gouvernement


Jean Castex lors de la conférence de presse ce jeudi 15 octobre. (capture écran)

Le Premier ministre Jean Castex présente ce jeudi, lors d’une conférence de presse, les modalités du couvre-feu qui débutera ce samedi à minuit en Île-de-France et dans huit métropoles.

Tous les départements de l’Île-de-France ainsi que les métropoles d’Aix-Marseille, Lyon, Grenoble, Lille, Saint-Étienne, Rouen, Montpellier, Rouen et Toulouse sont concernés par le couvre-feu qui va débuter ce samedi à minuit pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Le chef de l’État Emmanuel Macron l’a annoncé ce mercredi soir lors d’une interview télévisée.

« Nous entrerons en état d’urgence ce samedi 00h ou autrement dit, vendredi à minuit, et ce pour quatre semaines minimum », a rappelé Jean Castex. « La deuxième vague de l’épidémie est arrivée (…) avec des indicateurs particulièrement alarmants dans certaines métropoles ».

Le chef du gouvernement a ensuite répondu aux critiques visant la stratégie adoptée par la France. « Je souhaite cependant clarifier un point, j’entends dire que la bonne réponse aurait été de créer plus de lits de réanimation plutôt que de prendre des mesures de freinage de l’épidémie, c’est faux », a-t-il lancé. « Aucun système hospitalier ne serait capable de faire face à une telle épidémie si on ne fait rien en amont pour l’enrayer ». « Depuis une dizaine de jours, il y a eu une accélération soudaine et spectaculaire » de l’épidémie », a ensuite prévenu Jean Castex.

« Cela signifie que à 21 heures, chacun devra être chez soi »

« Le couvre-feu aura pour objectif de réduire les interactions dans les espaces publics, mais également privés, dans les semaines à venir, aidé de la règle des six personnes maximum », a poursuivi le Premier ministre.

« Le couvre feu s’établira de 21 heures à 6 heures du matin », a confirmé Jean Castex. « Cela signifie que à 21 heures, chacun devra être chez soi et que, sauf exception, tous les lieux, commerces ou services publics recevant du public seront fermés. Ces règles doivent bien entendu s’appliquer avec bon sens, comme pendant le confinement à certains », a-t-il continué.

« Certains déplacements seront autorisés »

Il sera tout de même possible de sortir durant la période de couvre-feu, de 21 heures à 6 heures du matin. « Certains déplacements seront autorisés, pour raison de santé, pour des raisons professionnelles, si vous travaillez de nuit, si vous avez un train ou un avion qui arrive ou part après 21h, si vous devez vous rendre auprès d’un proche en situation de dépendance, pour sortir votre animal de compagnie près de chez vous », a détaillé Jean Castex.

Une attestation de déplacement et une amende de 135 euros

« Comme pendant la période de confinement, il faudra pour sortir après 21 heures vous munir d’une attestation prouvant que vous répondez de l’une de ces exceptions », a-t-il ajouté.

« 12 000 policiers et gendarmes seront chaque nuit chargés de vérifier les interdictions », a ensuite annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. « Une amende de 135 euros, la même que pendant le confinement, et s’il y a réitération, au bout de trois fois, six mois d’emprisonnement possible et 3750 euros d’amende », a prévenu le locataire de la place Beauvau.

« Sur le site du ministère de l’Intérieur, il y aura la possibilité de télécharger la nouvelle attestation, et de l’avoir sur son téléphone. Elle se rechargera toutes les heures et bien sûr, on pourra continuer à écrire sur un papier libre pour les personnes les plus âgées ou pour ceux qui n’ont pas d’imprimante », a détaillé Gérald Darmanin. « Pour l’attestation professionnelle, il faudra l’attestation et un justificatif de son entreprise ou une carte professionnelle », a-t-il précisé.

Les fêtes privées interdites

Sur l’ensemble du territoire et donc dans les zones qui ne sont pas concernées par le couvre-feu, « toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes, qui se tiennent dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites » a annoncé Jean Castex. Les restaurants devront appliquer la règles des six invités par table et tenir un registre des clients.

Concernant « les lieux où l’on circule debout » comme les centres commerciaux ou les supermarchés, une distance de « quatre mètres carrés » par personne devra être respectée et « une jauge sera fixée par le préfet » a précisé le chef du gouvernement.