Édouard Philippe annonce la fermeture des marchés ouverts et le durcissement des mesures de confinement


Édouard Philippe. (photo Jacques Paquier/Flickr)

Le Premier ministre Édouard Philippe annonce ce lundi soir que les marchés ouverts vont être fermés dès demain. Le chef du gouvernement a également annoncé un durcissement des mesures de confinement.


« Je signerai ce soir un décret, applicable demain, dans trois domaines », a annoncé le Premier ministre au JT de 20 heures de TF1. « Nous avons pris la décision de fermer les marchés ouverts. Il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger à cette règle », a-t-il expliqué.

« Sortir doit être dans un rayon d’un kilomètre de chez soi, une fois par jour et seul », pour faire un footing ou pour promener son chien. « Ces sorties doivent être limitées à un rayon d’un kilomètre, pour une heure maximum », a précisé Édouard Philippe.

« Sur la santé, nous voulons que nos concitoyens puissent se rendre dans les hôpitaux et les centres de soins pour une convocation ou une urgence », a poursuivi le Premier ministre. Il sera donc nécessaire d’avoir une convocation pour se déplacer à l’hôpital.

Pas de couvre-feu national

Édouard Philippe a expliqué qu’il ne voulait pas d’un couvre-feu national. « Nous ne voulons pas (de couvre-feu) à l’échelle de tout le pays ».

« Nous n’hésiterons pas là où c’est nécessaire, où la situation l’impose de prendre des mesures de couvre-feu » dans certaines villes ou parties du territoire, « lorsque les maires et les préfets se mettent d’accord », a-t-il indiqué. Une quarantaine de communes ont déjà instauré un couvre-feu. D’autre part, Emmanuel Macron a indiqué ce lundi matin qu’il n’y aurait pas de « confinement total » en France.

Le confinement « peut durer encore quelques semaines »

« Le temps du confinement peut durer encore quelques semaines », a confié le Premier ministre.

Interrogé sur les mesures mises en place pour sauver les entreprises et les PME, Édouard Philippe a déclaré que « nous avons mis en place le système le plus généreux d’Europe ». « Nous allons produire 24 textes, domaine par domaine, pour que nos concitoyens aient leur sécurité économique et juridique assurées », a-t-il annoncé.

Concernant les personnes au chômage, « pour ceux qui arrivent en fin de droit, nous avons fait en sorte que cela ne se traduise pas par une perte de droits », a également expliqué le chef du gouvernement.

Les funérailles limitées à une vingtaine de personnes

Les obsèques seront autorisées dans la limite d’un regroupement d’une vingtaine de personnes a détaillé Édouard Philippe.

« Les obsèques d’un proche sont un moment bouleversant. Nous avons pris la décision de faire en sorte que lorsque obsèques il y a, inhumation il y a, cela puisse se dérouler dans un cercle de 20 personnes, c’est-à-dire la très proche famille », a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous avons voulu préserver l’humanité de ces moments et respecter les consignes sanitaires ».

Des sanctions plus lourdes en cas de non-respect du confinement à plusieurs reprises

Les sanctions en cas de non-respect des mesures de confinement ont été alourdies lors de la promulgation de la loi d’urgence sanitaire ce dimanche soir.

En cas de récidive dans les 15 jours, l’amende passera de 135 euros à 1500 euros et pourra aller jusqu’à 3000 euros. De plus, si plus de trois violations dans les 30 jours sont relevées, l’infraction deviendra un délit et sera punie de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende ainsi que d’une peine complémentaire de travail d’intérêt général (TIG).