Gérald Darmanin va ordonner l’expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation


Gérald Darmanin le 22 juillet 2020. (photo Ludovic Marin/POOL/EPA/Newscom/MaxPPP)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin entend réagir rapidement à l’attentat terroriste qui a frappé la France ce vendredi.

Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie de 47 ans a été sauvagement tué et décapité en pleine rue à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) ce vendredi après-midi. L’attentat a provoqué une vague d’émotions en France mais également de questions. L’un des suspects placés en garde à vue, Abdelhakim Sefrioui, à l’origine d’une vidéo dans laquelle il traitait Samuel Paty de « voyou », est bien connu des services de renseignement. Ce dernier, présenté comme un militant islamiste, est fiché S (sûreté de l’État) et inscrit au FSPRT (fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste).

Le terroriste, Abdoullakh Anzorov, 18 ans, né à Moscou d’origine tchétchène avait quant à lui obtenu un titre de séjour à sa majorité, en mars dernier, et bénéficiait du statut de réfugié. Un statut qui avait été accordé à ses parents à leur arrivée en France.

180 personnes actuellement emprisonnées sont concernées

C’est dans ce contexte que Gérald Darmanin a décidé de réunir les préfets de France ce dimanche à 14 heures. Le ministre de l’Intérieur va leur ordonner d’expulser dans les prochaines heures 231 étrangers expulsables ,qui sont inscrits au FSPRT selon Europe 1.

Plus en détails, 180 personnes actuellement en prison sont concernées par cette décision. 51 autres vont être interpellées dans les prochaines heures. Gérald Darmanin se trouvait au Maroc ce vendredi au moment de l’attentat afin d’évoquer le problème des mineurs isolés, mais également le cas de neuf ressortissants du pays, radicalisés et en situation irrégulière en France précisent nos confrères.


Le ministre de l’Intérieur doit se rendre en Algérie puis en Tunisie, dimanche et lundi prochain, afin d’évoquer ces mêmes sujets avec les deux pays. Le locataire de la place Beauvau sera accompagné de Nicolas Lerner, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), lors de ses deux déplacements.

Le droit d’asile pourrait être révisé

D’autre part, Gérald Darmanin a décidé de remettre en cause le droit d’asile indique Europe 1. Un sujet qui sera évoqué ce soir lors du Conseil de défense qui se tiendra à l’Élysée. Le ministre de l’Intérieur a demandé une attention particulière à ses services, lors de l’examen des dossiers de personnes souhaitant obtenir le statut de réfugié en France.

Le successeur de Christophe Castaner souhaite que la France n’accorde plus quasi systématiquement sa protection à des ressortissants de certains pays.