Attentat de Conflans : une onzième personne interpellée et placée en garde à vue


Le siège de la DGSI à Levallois-Perret. (photo Ip3 Press/Maxppp ©)

Une onzième personne a été interpellée et placée en garde à vue dans l’enquête sur l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), dans lequel un professeur d’histoire-géographie a été sauvagement tué.

Les policiers ont interpellé une personne de l’entourage de l’assaillant, Abdoullakh Anzorov, ce dimanche matin. Elle a été placée en garde à vue. Parmi les dix autres suspects interrogés par les enquêteurs de la DGSI et de la SDAT figurent les parents du terroriste, son grand-père et son petit frère de 17 ans qui ont été interpellés à Évreux, là où habitait le terroriste âgé de 18 ans, un jeune Russe tchétchène.

Le parent d’élève qui avait déposé plainte contre la victime, Samuel Paty, après son cours sur la liberté d’expression et la présentation de caricatures de Mahomet, est lui aussi en garde à vue. « La demi-sœur de cet homme avait rejoint l’État Islamique en 2014 en Syrie », a précisé le procureur de la République antiterroriste. Par ailleurs, la fille de ce parent d’élève qui affirmait avoir assisté au cours, n’était en fait pas présente dans la classe ce jour là.

Un homme bien connu des services de renseignement

L’homme qui avait accompagné le père de famille au collège pour se plaindre du professeur et avait interviewé la fille de ce parent d’élève dans une vidéo diffusée sur Youtube, le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, est lui aussi en garde à vue, tout comme sa compagne. Cet homme fiché S et inscrit au FSPRT avait accompagné le parent d’élève chez la principale du collège pour protester contre le professeur. Il réclamait dans la dite vidéo « la suspension immédiate de ce voyou » en parlant de Samuel Paty.

Un prédicateur de Pantin (Seine-Saint-Denis) fait aussi partie des personnes actuellement en garde à vue. Une mesure de privation de libertés qui peut durer jusqu’à 96 heures en matière de terrorisme.


Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Les enquêteurs cherchent à déterminer si le terroriste a été « piloté » ou s’il a agi seul après avoir vu les vidéos et la polémique sur les réseaux sociaux.

Des rassemblements dans de nombreuses villes ce dimanche

De nombreux rassemblements sont organisés partout en France ce dimanche pour rendre hommage au professeur assassiné, notamment sur la place de la République à Paris à 15 heures, mais aussi à Lyon, Toulouse, Marseille ou Strasbourg.

Selon BFMTV, un Conseil de défense se tiendra ce dimanche après-midi à l’Élysée suite à cet attentat terroriste.