Gilets jaunes : Jugé pour «injures publiques» envers des policiers, Jérôme Rodrigues relaxé


Jérôme Rodrigues le 3 janvier 2019. (photo erkahem/shutterstock

La figure des Gilets jaunes Jérôme Rodrigues était jugé pour « injures publiques » après avoir traité des policiers de « bande de nazis » sur Twitter. Il a été relaxé par la justice.

Jérôme Rodrigues a été relaxé ce mardi par le tribunal judiciaire de Paris. La figure du mouvement des Gilets jaunes était jugé pour « injures publiques », après avoir répondu à un tweet du syndicat de police Synergie-officiers dans lequel il traitait des policiers de « bande de nazis ».

« C’est clair bande de nazis que vous irez ouvrir le camp de concentration disponible au nord-est de Paris, celui que vous tentez de cacher aux médias », avait-il écrit, accompagné du hashtag « #vousnetespasmapolice ».

Des propos qui ne visaient pas tous les policiers selon le tribunal

Les propos incriminés ne « visaient non l’ensemble des policiers, mais les méthodes de certains d’entre eux », ceux du syndicat Synergie, en l’occurrence, selon le tribunal. Il est « patent que les propos incriminés sont intervenus dans le cadre d’un conflit récurrent alimenté sur le réseau social Twitter entre Jérôme Rodrigues […] et le syndicat de policiers Synergie-officiers », a ajouté la juridiction, précisant que cette organisation syndicale ne se confond pas « avec l’administration publique qu’est la police nationale ».

Ces propos de Jérôme Rodrigues en septembre dernier avait fait réagir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui avait estimé qu’ils étaient « ignobles ». Le ministre avait également annoncé à cette occasion qu’il déposait plainte.

Jérôme Rodrigues a perdu l’usage d’un œil au cours d’une manifestation pour l’acte XI des Gilets jaunes à Paris, le 26 janvier 2019. Deux policiers ont été mis en examen le 14 janvier dernier dans ce dossier.