Interpellation violente d’un homme à Paris : les quatre policiers déférés devant la justice


La vidéo de l'interpellation a été diffusée par Loopsider. (capture écran/DR)

Quatre policiers ont été déférés devant la justice ce dimanche dans l’affaire Michel Zecler. Ils sont accusés d’avoir commis des violences illégitimes et d’avoir menti dans leurs procès-verbaux.

48 heures après le début de leur garde à vue, les quatre policiers – trois du XVIIe arrondissement et l’un du VIIe arrondissement de Paris – ont été déférés devant la justice ce dimanche à la mi-journée.

Les fonctionnaires sont visés par une enquête pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » et « faux en écriture publique », suite à l’interpellation de Michel Zecler dans son studio d’enregistrement du XVIIe arrondissement ce samedi 21 novembre.

Une vidéo de surveillance montre le producteur de 41 ans recevoir des séries de coups de la part des policiers, qui affirment eux aussi avoir subi des violences. Le plaignant a déclaré avoir été insulté de « sale nègre » lors de l’intervention de police, ce que les mis en cause ont nié durant leur garde à vue indique une source proche de l’enquête.

Le procureur de la République de Paris Rémy Heitz tiendra ce dimanche à 17 heures une conférence de presse pour annoncer l’orientation donnée à ce dossier. Les quatre policiers qui pourraient être mis en examen, ont été suspendus ce jeudi soir par le Directeur général de la police nationale (DGPN).