Jean-Luc Mélenchon et des dirigeants de La France insoumise visés par une enquête pour «abus de confiance»


Jean-Luc Mélenchon. (PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP)

Jean-Luc Mélenchon et plusieurs dirigeants de La France insoumise (LFI) sont visés par une enquête préliminaire pour « abus de confiance » et « recel », a annoncé le parquet de Paris ce mardi.

Une enquête préliminaire a été ouverte le 14 mai dernier et vise plusieurs dirigeants de LFI, dont son leader Jean-Luc Mélenchon, pour des faits d’« abus de confiance » et « recel ».

Les investigations ont été confiées à la Brigade financière et ont pour but de vérifier les « conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés » en décembre 2019, concernant l’affaire de la perquisition houleuse du siège du parti, selon des sources concordantes citées par L’Express.

« Des amendes qui auraient été payées avec le chéquier de La France insoumise »

Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, Bastien Lachaud, Bernard Pignerol et Muriel Rozenfeld sont soupçonnés d’avoir payé « avec le chéquier de La France insoumise » les amendes dont ils avaient écopé en décembre 2019 pour « acte d’intimidation, rébellion et provocation » explique Le Canard Enchaîné.

Les cinq dirigeants de LFI avaient été condamnés par le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) en décembre 2019, suite à cette perquisition houleuse qui avait eu lieu en octobre 2018, notamment à des amendes et à verser 26 500 euros de dommages et intérêts aux parties civiles.


« Une fuite organisée (et rémunérée?) par tweet dit que Madame Champrenault se venge avec une nouvelle enquête préliminaire. De quoi s’agit-il? Je ne sais pas. La justice de Macron c’est ça », a réagi Jean-Luc Mélenchon sur Twitter peu avant 16 heures.