Le Boeing 737 d’Ukraine Airlines a été abattu par l’Iran selon les services américains


Un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines s'est écrasé ce mercredi en Iran. (photo Iran Red Crescent Society)

176 personnes ont été tuées dans le crash du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines ce mercredi. L’avion a été abattu par deux missiles iraniens selon les services américains.


Le Boeing 737-800 avait décollé de l’aéroport international Imam Khomeini à 06h12 (heure de Téhéran, 04h40 à Paris), et s’est crashé environ huit minutes plus tard, autour de Parand, à environ 60 km au sud-ouest de Téhéran.

82 Iraniens, 63 Canadiens, 11 Ukrainiens, 10 Suédois, 4 Afghans, 3 Allemands et 3 Britanniques se trouvaient à bord du vol PS752 selon les autorités ukrainiennes, il n’y a aucun survivant. Peu après le drame, l’Iran avait annoncé que l’avion avait connu un problème technique.

La compagnie avait ensuite indiqué dans un communiqué que leur appareil avait été révisé il y a seulement quelques jours : « L’avion a été fabriqué en 2016, il a été reçu par la compagnie aérienne directement de l’usine (Boeing). Il a subi sa dernière maintenance technique régulière le 6 janvier 2020. »

Des missiles sol-air

Plusieurs médias américains expliquent ce jeudi que le Pentagone a la conviction que l’appareil a été abattu par l’Iran. L’avion aurait été touché par un système de missiles sol-air TOR-M1 de construction russe selon le magazine Newsweek, qui cite trois responsables américains. Deux missiles qui auraient été tirés « probablement par erreur ».


Une vidéo montrant le crash de l’avion avait été rapidement diffusée sur les réseaux sociaux.

« Quelqu’un a pu faire une erreur » affirme Donald Trump

Interrogé sur ce crash lors d’une conférence de presse ce jeudi, le président des États-Unis Donald Trump a précisé qu’il avait des « suspicions ». « Quelqu’un a pu faire une erreur », a-t-il ajouté, précisant : « Cela n’a rien à voir avec nous ». « À un moment ou à un autre, ils remettront les boites noires, idéalement à Boeing, mais s’ils les donnent à la France ou un autre pays, cela irait aussi », a-t-il poursuivi.

Le drame s’est produit seulement quelques heures après l’offensive iranienne sur deux bases militaires en Irak, où se trouvent des soldats américains. Personne n’a été tué suite à cette attaque avait annoncé Donald Trump ce mercredi face aux médias, à la Maison Blanche.

« Le satellite a détecté des signaux infrarouges de deux tirs de missiles »

« Les services de renseignement américains ont détecté des signaux indiquant que le radar était allumé et le satellite a détecté des signaux infrarouges de deux tirs de missiles, probablement des SA-15 [l’autre appellation du TOR-M1, ndlr], suivis peu après par un autre signal infrarouge d’une explosion », explique Kris Van Cleave, journaliste de CBS News.

Le chef de l’Organisation de l’aviation civile de l’Iran a invité le Canada et la Suède à coopérer à l’enquête sur l’accident. Néanmoins, le chef de la direction, Ali Abedzadeh, a précisé qu’il ne remettrait pas aux États-Unis ou à Boeing, les deux boîtes noires de l’avion.