Lynchage de Yuriy à Paris : neuf jeunes suspects mis en examen, cinq ont été écroués


Yuriy a été sauvagement attaqué par dix individus le 15 janvier à Paris. (capture écran/DR)

Neuf jeunes suspects ont été mis en examen dans le cadre de l’agression ultra-violente de Yuriy, un adolescent de 15 ans, lynché en pleine rue à Paris le 15 janvier dernier.


Soupçonnés d’être impliqués à différents degrés dans le lynchage du jeune Yuriy, neuf suspects ont été mis en examen dans la nuit de samedi à dimanche par un juge d’instruction parisien dont cinq pour « tentative d’assassinat ». Ces derniers – quatre mineurs et un majeur – ont été placés en détention provisoire. Les quatre autres ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, un sixième suspect a été mis en examen pour « complicité de tentative d’assassinat » précise Le Figaro.

Samedi, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire « des chefs de tentative d’assassinat et complicité de tentative d’assassinat, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime et vol avec violence ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours ».

Des suspects de 15 à 17 ans, l’un âgé de 18 ans

Après plusieurs semaines d’enquête, les policiers du 3ème District de police judiciaire (DPJ) ont identifié puis interpellé 11 suspects jeudi et vendredi âgés de 15 à 17 ans, l’un ayant 18 ans. Ces derniers vivent pour la plupart sur la commune de Vanves (Hauts-de-Seine).

Trois d’entre eux ont été remis en liberté sans aucune charge à ce stade des investigations. « Ils sont soupçonnés d’avoir constitué un groupe afin de préparer une action collective violente à l’égard d’un autre groupe de personnes en réaction à une précédente rixe » le 10 janvier, dans le XVe arrondissement. Une seconde enquête est en cours concernant ces faits a mentionné le procureur de la République de Paris, Remy Heitz.


Le jeune Yuriy, 15 ans, est toujours hospitalisé. Il a été grièvement blessé lors de son agression ultra-violente sur la dalle de Beaugrenelle (XVe), dont les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux le 22 janvier dernier, créant une vague d’indignation jusque dans la classe politique.