Marseille : Deux hommes tués dans deux fusillades différentes


Illustration. (photo Remy Buisine ©)

Deux hommes ont été tués au cours de deux fusillades différentes à Marseille dans la nuit de mardi à mercredi. Il y a également un blessé à déplorer. La police judiciaire est saisie des deux enquêtes.

Nouvelle nuit sanglante à Marseille. Un homme âgé de 23 ans a été tué par balles vers 22h30 dans la rue des Petites-Maries, dans le quartier de la Porte-d’Aix (1e). Un second âgé de 31 ans qui se trouvait avec lui a été blessé au niveau du dos selon des sources policières, confirmant une information de La Provence. Ses jours ne sont pas en danger a fait savoir le parquet.

Sur place, les policiers ont découvert quatre cartouches de calibre 9 mm selon une source proche de l’enquête. Le défunt était en situation irrégulière sur le territoire français d’après le quotidien régional. Les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire sont en charge de l’enquête. Les deux victimes ont inconnues des services de police. Le ou les auteurs sont en fuite.

Dans ce même arrondissement lundi soir, un homme a été blessé par balle non loin du commissariat. Il a refusé de déposer plainte et n’a pas souhaité s’exprimer sur cette attaque auprès des enquêteurs. A ce stade, on ne sait pas si les deux faits sont liés.

Des dizaines de tirs vers 2 heures à la Renaude

Les forces de l’ordre ont été appelées plus tard dans la nuit, vers 02h15, pour une fusillade dans la cité de la Renaude (13e). Deux hommes qui se trouvaient à bord d’une Renault Clio ont été visés par de nombreux tirs. Les tireurs étaient dans un autre véhicule. Les deux victimes ont pris la fuite à pied et se sont réfugiées dans un appartement.

L’un des deux hommes âgé de 25 ans est décédé sur place peu après 3 heures. Le second âgé de 21 ans n’aurait miraculeusement pas été blessé. Les enquêteurs ont découvert une trentaine d’étuis de calibres différents sur place, notamment du 7,62 et du 9 mm selon ces mêmes sources. Une dizaine d’impacts ont été relevés sur la Clio, ainsi qu’une quinzaine sur la façade d’un immeuble selon cette même source.

La brigade criminelle de la police judiciaire a également été saisie de cette affaire.