Meurtre de Johanna à Mont-de-Marsan : un réfugié syrien de 32 ans mis en examen et écroué

0
1

Johanna Blanes a été retrouvée morte ce dimanche matin à Mont-de-Marsan. (photo Facebook)

Le principal suspect dans l’enquête sur le viol suivi du meurtre de Johanna Blanes à Mont-de-Marsan (Landes) dimanche a été mis en examen et placé en détention provisoire. Son ADN a été retrouvé sur le corps de la victime.

Un réfugié syrien âgé de 32 ans avait été interpellé jeudi avec trois autres suspects dans l’enquête sur le meurtre de Johanna Blanes, retrouvée morte ce dimanche matin à Mont-de-Marsan. Ce dernier, Hussein A., a été mis en examen pour le meurtre et le viol de la jeune femme de 24 ans a annoncé le parquet ce samedi.

Concernant les trois autres suspects qui étaient logés dans l’appartement du mis en cause, aucune charge n’a été retenue à leur encontre. Toutefois, ces derniers sont en situation irrégulière sur le territoire français. Ils ont été placés en centre de rétention et vont faire l’objet d’une procédure d’expulsion.

L’ADN du mis en cause retrouvé sur le corps de la victime

Les enquêteurs ont retrouvé l’ADN de Hussein A. sur le corps de la victime de 24 ans. Par ailleurs, plusieurs effets personnels de Johanna Blanes ont été découverts à son domicile lors d’une perquisition, notamment le téléphone de cette dernière que le mis en cause a utilisé après les faits. La carte SIM de la jeune femme a également été saisie dans son logement, à Saint-Pierre-du-Mont.

Déjà condamné en 2018 pour violences conjugales, il a fait appel de la décision

L’homme qui est arrivé en France en 2016 avec sa femme, est déjà connu de la justice puisqu’il a été condamné pour des violences conjugales sur cette dernière, en 2018. Il a fait appel de cette décision.


Son ADN était par conséquent déjà présent dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), ce qui a donné un élément déterminant aux enquêteurs.

La victime sortait d’une boite de nuit

Le procureur avait annoncé ce vendredi soir que Johanna Blanes avait été tuée par « asphyxie mécanique et écrasement au niveau du cou et du thorax ».

La nuit où elle a été violée et tuée, Johanna Blanes avait passé la soirée dans la boite de nuit « Le Paradise » située boulevard Ferdinand de Candau à Mont-de-Marsan. Elle avait quitté l’établissement en fin de nuit et avait envoyé un message à Sandrine, sa petite amie, vers 04h40, alors qu’elle se dirigeait à pied vers Saint-Pierre-du-Mont, où elle était hébergée.

Son corps a été retrouvé ce dimanche matin vers 6 heures dans ce tunnel pour piétons qui passe sous la voie ferrée, près de la rue du Ruisseau.