Meurtres en Drôme-Ardèche et dans le Haut-Rhin : le lien est confirmé


Une femme de 53 ans a été tuée par balle dans une agence Pôle Emploi de Valence ce jeudi. (photo Stéphane Marc/PhotoPQR/Le Dauphiné/Maxppp)

Les enquêteurs sont désormais sûr qu’il y a des liens entre les meurtres de deux femmes à Valence (Drôme) et Guilherand-Granges (Ardèche) ce jeudi matin, et celui d’une DRH à Wolfgantzen (Haut-Rhin) mardi. Gabriel Fortin a aussi tenté de tuer un homme à son domicile le même jour, à Wattwiller, où son ADN a été retrouvé.


Le tueur présumé, Gabriel Fortin, s’est lancé dans un périple meurtrier. Les enquêteurs ont en effet déterminé qu’il y avait des liens avérés entre les quatre faits : trois meurtres à Wolfgantzen, Valence et Guilherand-Granges, ainsi qu’une tentative de meurtre à Wattwiller. Nous évoquions ce jeudi soir des éléments concordants entre ces quatre affaires.

Mardi soir, le mis en cause âgé de 45 ans aurait tué Estelle Luce à Wolfgantzen, sur le parking de l’entreprise Knauf où elle travaillait, puis se serait dirigé à Wattwiller où il est accusé d’avoir ouvert le feu sur un homme, DRH de la société General Electric à Belfort. Ce dernier est aussi un ancien collègue d’Estelle Luce. Le quadragénaire s’est fait passer pour un livreur de pizza pour se présenter au domicile de la victime détaille L’Est Républicain. Il a ouvert le feu mais a raté sa cible, puis a pris la fuite. Bertrand M. est parvenu à arracher le masque de son agresseur, sur lequel l’ADN de Gabriel Fortin a été retrouvé selon BFMTV. En outre, l’arme qui a été utilisée par le tueur dans le Haut-Rhin et à Valence est du même calibre (9 mm).

Le suspect est resté muet depuis le début de sa garde à vue dans les locaux de la PJ de Lyon a indiqué le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. Sa garde à vue a été prolongée.

Des liens entre les victimes

Estelle Luce et son ancien collègue Bertrand M. qui a été attaqué par le tueur, travaillaient ensemble pour le compte du groupe Emerson, lorsque la multinationale américaine a racheté la société Francel SA, basée à Lucé (Eure-et-Loire). Les deux employés ont œuvré à la restructuration de cette société. Gabriel Fortin était semble-t-il ingénieur pour Francel SA au même moment, entre 2006 et 2008.


Plus tard en 2018, le nom d’Estelle Luce avait été jeté en pâture sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #BalancetonDRH, après la sortie du livre de Didier Bille « DRH, la machine à broyer ». Le nom de Bertrand M. avait également la cible de critiques. Didier Bille dénonçait à l’époque les méthodes d’action des services de ressources humaines au sein des grandes entreprises.

D’autre part, Gabriel Fortin avait travaillé dans l’entreprise Faun à Guilherand-Granges, de 2008 à 2010. C’est là que Géraldine Caclin, 51 ans, DRH, a été tuée par balle ce jeudi matin. Mère de deux enfants, elle travaillait dans cette société depuis plus de dix ans. Le tueur connaissait vraisemblablement sa victime.

Géraldine Caclin était âgée de 51 ans.

Le mis en cause d’origine antillaise avait ensuite été licencié et inscrit à l’agence Pôle Emploi de Valence, jusqu’en 2013. C’est dans cette agence où il a ouvert le feu vers 08h30 hier matin, tuant une conseillère de 53 ans, Patricia P. Le quadragénaire s’est d’abord présenté à l’accueil comme un homme se nommant « Rachid » et a réclamé le versement d’indemnités relate Le Parisien.

Alors que l’identité qu’il avait donné n’était pas trouvée dans le fichier de l’agence, le tueur s’est montré étonné puis s’est subitement dirigé vers l’issue de secours, avant d’ouvrir la porte d’un bureau et de faire feu, tuant la quinquagénaire de deux balles. A ce stade, on ne sait pas s’il connaissait sa victime. Garbiel Fortin était déclaré en tant que tireur sportif et avait l’autorisation de détenir deux armes de poing de calibre 9 mm.