Policier roué de coups à Lyon : deux prévenus condamnés, huit autres relaxés

Le palais de justice de Lyon. (ricochet64/shutterstock)

Un policier avait été roué de coups par plusieurs individus sous les yeux de sa compagne alors qu’il était hors service et que le couple rentrait chez lui, à Lyon, en juin 2020. Deux des prévenus ont écopé d’une peine de prison ce mardi, les huit autres ont été relaxés.

Il avait échappé de peu au pire. Un policier de 35 ans avait été violemment passé à tabac par plusieurs individus devant son domicile, alors qu’il était accompagné de sa compagne, à Lyon (7e), le 14 juin 2020 vers 04h30. Le couple rentrait en voiture d’une soirée lorsqu’il a été violemment agressé.

Dix prévenus ont été jugés le 5 novembre dernier. Le parquet avait alors réclamé des peines allant de 3 ans à 3 ans et demi de prison dont un an de sursis probatoire pour huit des mis en cause, et avait requis une relaxe pour les deux autres. La justice a rendu son délibéré ce mardi matin. Deux des prévenus ont écopé d’une peine de cinq ans d’emprisonnement, dont 30 mois avec sursis et une période probatoire de trois ans. Les huit autres ont été relaxés.

La plupart des prévenus « avaient été en détention provisoire, parce qu’on avait estimé du côté des enquêteurs et du procureur de la République qu’il y avait quand même des éléments suffisants pour estimer qu’ils avaient participé activement aux violences », a réagi Me Bohé, avocat des victimes, au micro de BFMTV. Les différentes parties ont désormais dix jours pour faire appel de cette décision.

45 jours d’ITT

Le policier roué de coups, qui était hors service au moment des faits, s’était vu attribuer 45 jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Il souffrait de plusieurs fractures à la cheville, entre autres. Sa compagne, qu’il avait protégée, avait quant à elle été blessée au niveau de la clavicule. Trois jours d’ITT lui avaient été prescrits. La nuit de l’agression, les victimes ont d’abord été prises à partie par deux individus dans le secteur du boulevard Yves-Farge de Lyon. « Je vais t’enculer sale flic ! », aurait lâché l’un d’entre eux avant d’aller chercher d’autres personnes dans le quartier pour s’en prendre au couple.

« Je commençais à être KO en fait, à me sentir partir »

« À chaque coup je sentais soit mes vertèbres craquer, soit ce début de flottement où je commençais à être KO en fait, à me sentir partir », avait raconté le policier à la chaîne d’informations, sur son lit d’hôpital, quelques jours après l’agression. « Je commençais à me dire : est-ce que à la prochaine je vais finir tétraplégique ou est-ce que je vais juste mourir ? Comment ça va se passer ? »