Policier tué à Bron : le second suspect mis en examen, il a reconnu qu’il était le conducteur du fourgon


Un policier du GAO de la sûreté départementale du Rhône lors de la cérémonie d'hommage à Franck Labois le 17 novembre. (photo ministère de l'Intérieur)

Un deuxième homme a été mis en examen dans l’enquête sur le meurtre d’un policier à Bron (Rhône). Le mis en cause a reconnu qu’il était au volant du fourgon qui a mortellement percuté le fonctionnaire.

Le procureur de la République Nicolas Jacquet a indiqué dans un communiqué ce lundi que le second suspect interpellé dans l’enquête sur le meurtre d’un policier à Bron avait été mis en examen des chefs « d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et vol suivi de violence ayant entraîné la mort en bande organisée ».

Déféré à l’issue de sa garde à vue qui avait débuté ce jeudi, le mis en cause a admis qu’il était au volant du fourgon qui a mortellement fauché Franck Labois, mais nie avoir eu l’intention de le tuer. Un juge des libertés et de la détention va devoir décider ce lundi après-midi si le suspect est écroué ou remis en liberté.

Un suspect de 15 ans a déjà été mis en examen puis placé en détention provisoire dans cette affaire.

Âgé de 45 ans, Franck Labois, policier affecté au Groupe d’appui opérationnel (GAO) de la sûreté départementale du Rhône, a été mortellement percuté par un fourgon dans la nuit du 11 au 12 janvier dernier, alors qu’il allait interpeller plusieurs malfaiteurs pris en flagrant délit. Le véhicule avait été retrouvé vide peu après, à Villeurbanne.


Un hommage a été rendu au fonctionnaire tué ce vendredi à la préfecture du Rhône, en présence de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur et de Laurent Nunez, secrétaire d’État.