Reims : La femme qui a mortellement poignardé son mari a été mise en examen et écrouée


Illustration Actu17 ©

Une femme de 32 ans qui a mortellement poignardé son mari à Reims (Marne) a été mise en examen et placée en détention provisoire. Elle se trouvait dans la rue dans la nuit de mardi à mercredi, à l’arrivée des policiers.

Son mari est décédé à l’hôpital ce mercredi après avoir reçu un unique coup de couteau au niveau du ventre. C’est sa femme de 32 ans qui aurait alerté les secours peu après 3 heures du matin cette nuit-là, indiquant qu’elle avait poignardé son mari, car il était violent envers elle.

Les policiers ont trouvé la requérante dans la rue à leur arrivée. Cette dernière était alcoolisée, ensanglantée et tuméfiée. Elle hurlait qu’elle venait de porter un coup de couteau à son mari dans leur logement. Ce dernier était inanimé et a été conduit à l’hôpital par les secours, où il est décédé mercredi.

Le bébé avait des « traces ou marques de pression sur les membres »

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette a précisé que l’autopsie du défunt avait montré qu’il avait reçu un seul coup de couteau « dans le bas du ventre, touchant notamment le colon ».

Le bébé qui se trouvait également dans l’appartement, avait « des traces ou marques de pression sur les membres, mais aucune trace de coup ». Quant à la trentenaire, elle « présentait de nombreuses traces de violences très récentes, une importante blessure à la tête, des hématomes sur le visage, les bras et les cuisses, et des traces d’appréhension sur les avant-bras et le cou », a indiqué le procureur.


Trop tôt pour déterminer si la jeune femme a agi en état de légitime défense

Face aux enquêteurs, la jeune femme a affirmé que son conjoint lui avait porté un coup sur le crâne avec une bouteille d’alcool et qu’il avait ensuite tenté de l’étrangler, faisant mine de frapper leur bébé contre un mur.

Elle a ajouté avoir été menacée par son mari, qui était muni d’un couteau. Lorsqu’il l’a posé, elle l’a saisi et l’a poignardé « par réflexe » et « par peur ».

Concernant l’état de légitime défense, le procureur de la République a indiqué qu’il était « trop tôt pour avoir une opinion définitive » sur ce sujet. L’enquête devra déterminer si la légitime défense peut être retenue dans cette affaire.

Bien connu de la justice et déjà condamné

D’autre part, l’homme décédé était visé par une enquête pénale du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour des faits de violences conjugales commis sur sa femme. Il était recherché par ce même parquet.

Ce dernier avait également été condamné en septembre dernier à 4 mois de prison ferme pour des violences conjugales commises en mai. « Après chaque fait, (…) il s’excusait et elle décidait de reprendre la vie commune », a aussi déclaré le procureur. Selon une source policière, l’homme était actuellement sous contrôle judiciaire mais la précision n’a pas été confirmée par le magistrat.

Le bébé du couple avait également fait l’objet d’un signalement par les services sociaux, en urgence le 23 octobre, mais ses parents n’avaient pu être localisés à Reims.