Stains : Une fresque contre les «violences policières» irrite un syndicat de police qui appelle à un rassemblement


La fresque a été dessinée dans la rue Pierre-de-Geyter à Stains. (DR)

Une fresque contre les « violences policières » à Stains (Seine-Saint-Denis) sur laquelle figurent les visages d’Adama Traoré et de Georges Floyd, inaugurée par le maire de la ville, a provoqué la colère d’un syndicat de policiers.

Adama Traoré, décédé en 2016 à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) après son interpellation et Georges Floyd, mort des suites de son insoutenable arrestation à Minneapolis (États-Unis) fin mai, sont réunis sur une fresque à Stains, depuis jeudi. « Contre le racisme et les violences policières », peut-on lire au-dessus des deux visages.

L’œuvre réalisée par le « Collectif Art » dans la rue Pierre-de-Geyter, a été inaugurée par Azzedine Taïbi, le maire (PCF) de la commune et a irrité le syndicat Alliance Police Nationale de Seine-Saint-Denis.

Une « ultime provocation »

L’organisation avait appelé à un rassemblement ce lundi à 16 heures, place du Colonel-Fabien, à proximité de cette fresque, pour réclamer le retrait de la phrase qui évoquent les « violences policières » et ainsi qu’elle soit « repeinte ».

La manifestation se déroulera finalement devant la préfecture de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, à l’heure prévue. Le syndicat Unité SGP Police FO du département a également annoncé sa participation.

Il s’agit d’une « ultime provocation par un élu de la République qui stigmatise les policiers« , a dénoncé Alliance 93 dans un communiqué samedi.

« C’est bafouer le droit et la justice, c’est revendiquer l’impunité policière »

De son côté, le comité « La Vérité pour Adama » a rapidement réagi. « Effacer mon frère, recouvrir son visage, c’est nier son existence et celle de tous les autres morts entre les mains des forces de l’ordre. Effacer le visage de mon frère, le sourire de mon frère, c’est piétiner sa mémoire, offenser ma famille, faire disparaître son nom (…) C’est bafouer le droit et la justice, c’est revendiquer l’impunité policière. (…) C’est profaner nos morts. C’est insulter nos morts », a déclaré Assa Traoré, la sœur d’Adama, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Le comité a appelé à un rassemblement devant la fresque, à 16 heures ce lundi.

« Cet appel au rassemblement [du syndicat Alliance] est une menace à l’ordre public que je ne peux tolérer », a déclaré ce dimanche Azzédine Taïbi, exprimant dans le même temps ses « inquiétudes quant aux risques de débordement ».

« A Stains, nous avons toujours dénoncé les violences quelles qu’elles soient. (…) Pour autant nous ne cesserons pas de dénoncer les comportements inadmissibles de certains policiers qui outrepassent leurs droits », a ajouté le maire dans un communiqué.