Strasbourg : Le chauffard refuse le contrôle et fonce sur les policiers, ils ouvrent le feu


Illustration. (Obatala-photography/shutterstock)

Un chauffard de 30 ans a refusé le contrôle de police ce mardi en début d’après-midi à Strasbourg (Bas-Rhin). Il aurait foncé sur les policiers qui ont ouvert le feu. L’homme, bien connu de la justice, a pu être interpellé peu après. Il a été placé en garde à vue.

Les forces de l’ordre ont ouvert le feu à trois reprises dans une rue de Strasbourg, pour stopper un homme au volant d’un 4×4, mardi en début d’après-midi rapporte le quotidien Les Dernières nouvelles d’Alsace. C’est un équipage de la police aux frontières (PAF) qui a d’abord remarqué la conduite dangereuse du conducteur qui se trouvait sur l’autoroute A35, au sud de la ville. Gyrophare et deux-tons enclenchés, les policiers lui ont ordonné de s’arrêter.

Le conducteur a pris la sortie suivante, faisant mine d’obtempérer. Soudain, il a brusquement fait demi-tour et a accéléré. L’alerte a été donnée sur les ondes police. Peu après vers 14h45, ce même équipage de la PAF repère le fuyard arrêté à un feu rouge, place de Haguenau à Strasbourg. Les policiers descendent de leur voiture pour l’interpeller mais le chauffard redémarre et leur aurait foncé dessus. L’un des agents ouvre le feu à trois reprises mais le suspect prend une nouvelle fois la fuite.

Déjà condamné à une douzaine de reprises

Il sera finalement arrêté puis interpellé rue de Vendenheim par une autre patrouille qui avait reçu son signalement. L’homme n’a pas été blessé par les coups de feu mais légèrement par les éclats de verre. Examiné par les pompiers, il a ensuite été conduit au commissariat où il a été placé en garde à vue.

Le suspect âgé de 30 ans qui habite à Schiltigheim, a déjà été condamné par la justice à une douzaine de reprises, notamment pour des faits de violences aggravées et des délits routiers selon nos confrères. Il a aussi été incarcéré plusieurs fois.

Deux enquêtes sont ouvertes

Une enquête a été ouverte par le parquet pour « tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique », « refus d’obtempérer » mais également pour « conduite sans permis ». Les policiers de la sûreté départementale sont en charge de ce dossier. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été chargée d’une seconde enquête pour éclaircir les circonstances des tirs, comme à chaque fois qu’un policier fait usage de son arme.

Dans la nuit de dimanche à lundi à Stains (Seine-Saint-Denis), deux policiers ont ouvert le feu sur un chauffard qui manœuvrait dangereusement pour échapper au contrôle. Une scène qui a été en partie filmée. Ce mardi après-midi à Rosny-sous-Bois, dans le même département, ce sont deux motards de la police qui ont fait feu sur un chauffard dans des circonstances similaires. En France, un refus d’obtempérer est signalé toutes les 30 minutes en moyenne.