Tweets antisémites visant Miss Provence : huit personnes seront jugées en septembre


April Benayoum avait été visée par de nombreuses insultes antisémites sur les réseaux sociaux, le 20 décembre 2020. (photo Instagram)

Neuf suspects, dont une mineure, ont été interpellés ce lundi dans différents départements. Ils sont accusés d’avoir publié des tweets haineux et antisémites visant Miss Provence 2021, April Benayoum.

Une vague d’insultes choquantes avait déferlé sur le réseau social Twitter le 20 décembre dernier, lors de la soirée Miss France 2021. Au moment des faits, la victime venait d’évoquer ses origines israéliennes. Le parquet de Paris avait alors ouvert une enquête. Ce lundi, les policiers ont interpellé huit suspects, âgés de 20 à 58 ans, lors d’un coup de filet révèle RTL.

Quatre hommes, quatre femmes et une neuvième personne, mineure au moment des faits, ont été arrêtés et placés en garde à vue. Ils sont originaires des Bouches-du-Rhône, de la Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise, de la Sarthe, de l’Ain, du Bas-Rhin et du Rhône précise Le Parisien. Les suspects sont tous accusés d’avoir diffusé des injures antisémites contre Miss Provence 2021, qui a par ailleurs été élue première dauphine d’Amandine Petit lors de cette élection.

Jugés le 22 septembre

L’enquête des policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRPD) de la police judiciaire parisienne a permis d’identifier ces neuf personnes. Les huit majeurs seront jugés le 22 septembre prochain pour « injure publiques commise à raison de l’origine, de l’ethnie, de la race ou de la religion ». Un délit puni d’un an de prison et 45 000 euros d’amende. La procédure concernant la mineure a été confiée au parquet de Poitiers.

L’avocat d’April Benayoum, Me Jean Veil, a fait part de sa satisfaction à RTL, suite à cette série d’interpellations et ce procès à venir. La victime n’a pas déposé de plainte pénale mais a engagé une procédure civile pour obtenir une condamnation de Twitter.