Une note met en garde les policiers après la remise en liberté de la compagne de l’assaillant de Villejuif


Marie, la compagne de Nathan C., a été remise en liberté ce mercredi. (DR)

Une note de la police a été diffusée dans l’Essonne ce mercredi et met les policiers en alerte, suite à la libération de Marie, la compagne de l’assaillant de Villejuif.

Elle avait été interpellée à Palaiseau ce mardi puis placée en garde à vue pour « association de malfaiteurs terroriste ». Marie, la compagne de Nathan C., le tueur de Villejuif, a été remise en liberté le lendemain, sans que des poursuites ne soient engagées à son encontre.

Une note interne de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l’Essonne a été diffusée ce mercredi 8 janvier et met en garde les policiers. En effet, la jeune femme de 33 ans avait été placée sur écoute. La note confirme que cette dernière avait bien fait des menaces.

L’intention de se faire tuer par la police

« Lors d’une conversation téléphonique, elle prévenait son interlocutrice qu’elle avait l’intention de se rendre dans un commissariat avec un couteau à la main afin de se faire tuer », peut-on lire dans cette note interne que nous avons consultée. Des propos qu’elle a confirmé « lors de sa garde à vue le 7 janvier 2020 ».

« En conséquence, le risque perdure sur notre circonscription, par sa remise en liberté mais aussi par le risque que d’autres individus eux aussi radicalisés fassent de même, s’alarme la note de la DDSP. Il convient donc de faire preuve de vigilance accrue et permanente à l’accueil du commissariat », mentionne cette même note.


Les policiers sont ensuite appelés à une « vigilance accrue et permanente à l’accueil des commissariats » ainsi que sur « toute intervention de police d’une manière générale ».

Nathan C. a été abattu par la police lors son attaque mortelle, à Villejuif le 3 janvier. (DR)

Des tendances suicidaires mais aucune infraction

Aucune infraction n’a pu être retenue contre la suspecte qui présente seulement des tendances suicidaires nous précise une source policière. C’est ce qui est ressorti de ses différentes auditions face aux enquêteurs.

Une absence de poursuites, malgré le fait qu’elle avait un couteau sur elle au moment de son interpellation. La suspecte se trouvait en effet dans son logement et non sur la voie publique, le délit de port d’arme ne peut donc être retenu. De plus, Marie a déjà fait de nombreux séjours en psychiatrie et doit prochainement y retourner.

L’enquête sur l’attaque de Villejuif se poursuit

Tout comme l’assaillant de Villejuif qui était converti à l’islam depuis mai ou en juillet 2017 selon ses proches, la jeune femme s’était convertie elle aussi à cette religion début 2019 selon ses explications aux enquêteurs.

Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête sur l’attaque au couteau de Villejuif qui a fait un mort et deux blessés. Une lettre « testamentaire » a été découverte dans le sac à dos du tueur, qu’il portait au moment de son passage à l’acte, ainsi que des ouvrages salafistes. L’agresseur qui était vraisemblablement très radicalisé, a hurlé « Allah Akbar » à plusieurs reprises lors de l’attaque.