Viol filmé en Essonne : la victime de 16 ans dépose plainte et dénonce 2 rapports imposés


Une jeune fille de 16 ans a été violée à Grigny ce jeudi, la scène a été filmée. (capture écran vidéo)

Deux adolescents de 16 ans ont été mis en examen avant d’être placés en détention provisoire dans l’affaire du viol filmé en Essonne. La victime s’est présentée à la police, elle a déposé plainte et affirme avoir été violée par les deux suspects.

La jeune victime âgée de 16 ans s’est rendue au commissariat de Juvisy-sur-Orge (Essonne) ce samedi. Elle a déposé plainte. Cette dernière affirme avoir été violée par les deux adolescents du même âge qu’elle, qui ont été mis en examen pour « viol en réunion » et « enregistrement et diffusion d’images portant atteinte à l’intégrité de la personne » avant d’être conduits en prison.

Dans son récit, la jeune fille a expliqué avoir subi un rapport sexuel imposé par l’un des deux mineurs pendant que l’autre filmait la scène. Une séquence diffusée sur les réseaux sociaux. Le second mis en cause l’a également violée sans que la scène ne soit filmée, toujours selon les déclarations de cette dernière révélées par Le Parisien.

Les faits se sont produits jeudi soir dans un immeuble situé à proximité de celui des deux mis en cause à Grigny. Originaire de la cité voisine à Grigny 2, l’adolescente a expliqué aux policiers qu’elle avait été en couple avec l’un des suspects, il y a un an.

Ils nient les faits

La version des deux adolescents est radicalement différente. Celui qui a été filmé alors qu’il avait un rapport imposé avec la victime, a affirmé qu’il s’agissait d’un acte consenti. Quant au second mis en cause, il a déclaré avoir uniquement « posé son sexe » sur la jeune fille.


Par le passé, les deux suspects avaient fait l’objet d’un rappel à la loi pour participation à un attroupement armé. Ces derniers risquent désormais 20 ans de réclusion criminelle pour viol en réunion.

Les enquêteurs de la sûreté départementale sont en charge des investigations. Après la diffusion de la vidéo des faits sur les réseaux sociaux ce vendredi, de nombreux internautes s’étaient mobilisés pour identifier les deux suspects, notamment un jeune hackeur autodidacte.