Violences en Guadeloupe : une cinquantaine d’hommes du GIGN et du RAID envoyés sur place

Gérald Darmanin le 8 juillet 2020 au ministère de l'Intérieur. (photo Thomas Coex/EPA/Newscom/Maxppp)

Une cinquantaine d’hommes du RAID et du GIGN vont être envoyés en Guadeloupe a annoncé ce samedi soir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, à la suite de la cellule interministérielle convoquée après plusieurs jours de violences importantes en Guadeloupe.

Le gouvernement a annoncé l’envoi de renforts de forces de l’ordre alors que la Guadeloupe connait une importante flambée de violences depuis le début de la semaine. A l’issue d’une cellule de crise interministérielle ce samedi en fin d’après-midi, Gérald Darmanin a annoncé l’envoi d’une cinquantaine d’agents du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) et de policiers du RAID.

Le préfet aura « 2250 policiers et gendarmes à sa disposition » a certifié le ministre de l’Intérieur face à la presse, ajoutant que 31 personnes avaient été interpellées jusqu’ici, dont cinq qui ont été déférées devant la justice. Ce vendredi, Gérald Darmanin avait annoncé l’arrivée de 200 policiers et gendarmes en renfort.

Le ministre de l’Intérieur a évoqué des « tirs à balles réels » sur les forces de l’ordre, confirmant des « pillages » survenus ces derniers jours.

Un couvre-feu de 18h à 5h a été annoncé hier en Guadeloupe pour lutter contre ces violences urbaines, « à compter de ce jour (…) jusqu’au 23 novembre ».