Affaire Bygmalion : Condamné à une peine d’un an de prison ferme, Nicolas Sarkozy fait appel


Nicolas Sarkozy le 6 mai 2016. (photo SC Image/shutterstock)

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été condamné à un an de prison ferme par la 11e chambre du tribunal de Paris. Il a été reconnu coupable de financement illégal de sa campagne de 2012, dans le cadre de l’affaire dite « Bygmalion ». L’ancien chef de l’État a décidé de faire appel.

Le parquet avait requis une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis. Le tribunal de Paris a décidé de condamner l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy à un an de prison ferme. Une peine qui sera aménagée sous le régime de la surveillance électronique. Il encourrait une peine d’un an de prison ferme et de 3750 euros d’amende. Ses coprévenus ont écopé quant à eux de deux à trois ans et demi de prison.

L’ancien chef de l’État, absent de l’audience, « a poursuivi l’organisation de meetings », après avoir été « averti par écrit du risque de dépassement » du plafond légal, a dit la présidente du tribunal Caroline Viguier, lors de la lecture du jugement. « Ce n’était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », a-t-elle ajouté.

Nicolas Sarkozy a annoncé par la voix de son avocat Thierry Herzog qu’il faisait appel de cette décision.

Le prix des 44 meetings de la campagne de 2012 organisés par l’agence événementielle Bygmalion avait été largement réduit ont montré les investigations. 80% des fractures avaient disparu et le reste avait été payé par l’UMP (devenu LR) au titre de conventions fictives du parti.

En mars dernier, l’ancien président de la République a également été condamné en première instance à trois ans de prison dont deux ans avec sursis pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite « des écoutes ». Il a également fait appel de cette décision.