Confinement : Le gouvernement étudie la possibilité de faire appel aux militaires de Sentinelle


Des militaires Sentinelle sur une aire de repos de l’autoroute A31 le 23 mars 2017. (Illustration/PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP)

Le gouvernement réfléchit à la possibilité de faire appel aux 7000 militaires de l’opération Sentinelle pour intensifier les contrôles dans le cadre des mesures de confinement mises en place en France.


La France est entrée en confinement ce mardi et des règles strictes ont été instaurées en ce qui concerne les déplacements. Chaque habitant est désormais obligé de remplir un formulaire et peut faire l’objet d’un contrôle de la part des forces de l’ordre, partout sur le territoire.

Les contrevenants recevront une contravention d’un montant qui est actuellement de 38 euros et qui va être amené à 135 euros rapidement a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ce mardi.

Il s’agit de nouvelles missions pour les 100 000 policiers et gendarmes (chiffre donné par Christophe Castaner, ndlr) employés à faire respecter ces mesures drastiques déjà appliquées en Italie et en Espagne depuis plusieurs jours.

Des discussions entre les deux ministères

A ce titre, le gouvernement envisage de faire appel aux 7000 militaires de l’opération Sentinelle rapporte Le Parisien. Ces derniers sont engagés dans des missions de surveillance depuis les attentats de janvier 2015. Le but serait de soulager les forces de sécurité intérieure. Des discussions ont déjà lieu entre le ministère de l’Intérieur et celui des Armées.


La possibilité d’inclure les militaires de Sentinelle au dispositif de confinement a également été évoqué par le directeur du cabinet de Christophe Castaner, Stéphane Bouillon, dans un courrier adressé à tous les préfets selon le quotidien. La lettre explique que « la substitution des FSI (forces de sécurité intérieure) par les armées sera recherchée dans un premier temps ».

Surveillance des sites sensibles et des bâtiments officiels

Le gouvernement va faire appel aux militaires de Sentinelle pour protéger les sites sensibles et autres bâtiments officiels, afin de libérer des effectifs de police et de gendarmerie qui pourront être affectés à d’autres missions comme l’application du confinement sur le territoire, selon le journal.

En mars 2019, en pleine crise des Gilets jaunes, les militaires de Sentinelle avaient déjà été employés pour soulager les missions des policiers et des gendarmes alors très engagés sur le maintien de l’ordre.

Deux autres options à l’étude

Une seconde possibilité est étudiée par le gouvernement : placer les forces de l’opération Sentinelle sur des points fixes afin de garantir l’étanchéité du confinement. L’option suscite de vives oppositions liées à l’armement lourd des militaires. La troisième et dernière piste est d’instaurer des patrouilles mixtes avec les policiers et les gendarmes puisque les militaires ne sont pas en mesure de verbaliser les contrevenants.

Le ministère de l’Intérieur a confirmé au Parisien que la piste d’une sollicitation des militaires de Sentinelle était bien étudiée.

Emmanuel Macron et Christophe Castaner ont annoncé tour à tour ce lundi soir qu’un hôpital de campagne du service de santé des armées allait être déployé en Alsace pour faire face au nombre important de patients dans la région Grand Est.