Essonne : 300 spectateurs assistent à un match de football à Grigny, en pleine crise sanitaire


Près de 300 personnes se sont réunies ce mardi soir pour assister à un match de football à Grigny en Essonne. (captures vidéos DR)

L’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, en vigueur actuellement en raison de la crise du Covid-19, n’a pas dissuadé près de 300 spectateurs de se réunir mardi pour un match de football à Grigny (Essonne).

Un match de football a été organisé au stade Jean Miaud, dans la zone des Radars à Grigny, ce mardi à 19 heures. En toute illégalité mais surtout inconséquence, près de 300 personnes s’y sont réunies pour assister à l’événement. L’équipe locale de football de Grigny affrontait celle du quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes.

Pourtant, les sports collectifs sont toujours interdits, tout comme les rassemblements de plus de dix personnes. Et ceci afin d’éviter l’émergence de foyers épidémiques de Covid-19, particulièrement redoutés par les autorités.

Plusieurs vidéos ont été publiées sur les réseaux sociaux. On peut y voir des scènes de liesse de plusieurs centaines de personnes, visiblement peu préoccupées par le respect des gestes barrière.

« On ne peut pas disperser une foule, on n’a pas les moyens de faire face. On reste à côté, mais la consigne est de ne pas intervenir s’il n’y a pas de heurts », lâche une source policière, citée par Le Parisien.

De son côté, Philippe Rio, le maire de Grigny s’est fendu d’un message sur Twitter : « Mise en danger d’autrui, irrespect des personnels soignants. C’est à ne plus rien comprendre du maître mot depuis 2 mois. Sauvez des vies », assurant que la municipalité allait déposer plainte « pour effraction et mise en danger d’autrui ».

Un match de football avait déjà réuni 400 personnes à Strasbourg

Ce rassemblement n’est pas sans rappeler celui qui a eu lieu dimanche dernier, à Strasbourg (Bas-Rhin). Après un appel lancé sur les réseaux sociaux, les équipes de football de deux quartiers de la capitale alsacienne s’étaient opposées sur le terrain du stade Paco-Mateo. Près de 400 personnes s’étaient réunies pour l’occasion.

L’événement avait suscité l’indignation de l’opinion publique et des élus locaux notamment. Pour éviter qu’une telle scène ne se reproduise, les buts du stade ont été enlevés. Les autorités sanitaires ont lancé un appel à un dépistage massif du Covid-19 pour les personnes présentes à ce rassemblement.