«Acte terroriste» à Liverpool : le suspect tué dans l’explosion est Emad al-Swealmeen, un demandeur d’asile

Emad al Swealmeen a été identifié par la police comme étant le terroriste, il avait 32 ans.

Le terroriste présumé tué dans l’explosion de sa bombe alors qu’il se trouvait toujours dans le taxi, devant l’hôpital pour femmes de Liverpool (Angleterre) ce dimanche matin, a été identifié. Emad al-Swealmeen était un demandeur d’asile converti au christianisme âgé de 32 ans. Les investigations se poursuivent pour éclaircir les zones d’ombre encore nombreuses dans ce dossier. Quatre suspects ont été interpellés puis remis en liberté. Le point sur l’enquête.

La police antiterroriste a annoncé ce lundi qu’elle était convaincue que le terroriste présumé qui est mort dans l’explosion de son engin artisanal est Emad al-Swealmeen, 32 ans, qui est un demandeur d’asile arrivé il y a quelques années au Royaume-Uni. L’homme s’est rendu en taxi à l’hôpital pour femmes de Liverpool dimanche matin, jour où le pays commémorait les victimes des guerres, à l’occasion du « Dimanche du souvenir ». La police s’interroge toujours sur les véritables intentions du kamikaze présumé, ainsi que la manière avec laquelle il a agi et préparé son acte.

Cet hôpital était-il la cible visée par Emad al-Swealmeen ? Pourquoi l’explosion a eu lieu avant même qu’il ne descende du taxi ? De nombreuses questions restent encore en suspens et les investigations ne font que débuter. Dans un communiqué ce lundi soir, la police demande à tout ceux qui auraient des informations au sujet du suspect, de se manifester sans délai. « Toute information que le public peut avoir sur al-Swealmeen, aussi petite soit-elle, peut nous être d’une grande aide », peut-on lire.

Il souffrait de troubles mentaux selon les médias anglais

Pour l’heure, on ne connait pas la situation administrative précise du suspect au Royaume-Uni. Né en Irak, il aurait des origines irakiennes et syriennes. L’enquête doit permettre de faire la lumière sur son passé récent en Angleterre. Il aurait notamment séjourné dans un foyer de demandeurs d’asile à Liverpool. Selon Sky News, Emad al-Swealmeen souffrait de problèmes de santé mentale. Il aurait été interné en 2014 après avoir été interpellé avec un couteau dans le centre de Liverpool ajoute le Daily Mail.

« Nous pensons qu’il a vécu à l’adresse de la rue Sutcliffe pendant un certain temps et qu’il avait récemment loué l’adresse de l’avenue Rutland », a confié l’enquêteur Andrew Meeks, dans ce même communiqué. « Nous nous concentrons sur l’adresse de l’avenue Rutland où nous avons continué à récupérer des objets importants », a-t-il souligné. Il s’agirait d’éléments pouvant entrer dans la conception d’engins explosifs improvisés.

Converti au christianisme

Emad al-Swealmeen a pris ce taxi, conduit par David Perry, une dizaine de minutes avant l’explosion, sur Rutland Avenue. « La raison pour laquelle il a ensuite apporté [la bombe] à l’hôpital des femmes est inconnue, tout comme la raison de son explosion soudaine », a admis Russ Jackson, le porte-parole de la police antiterroriste du nord-ouest, lors d’une conférence de presse. « Nous sommes bien sûr conscients qu’il y avait des événements commémoratifs à quelques pas de l’hôpital. (…) Nous ne pouvons pas pour l’instant établir de lien avec cette affaire, mais c’est une piste que nous poursuivons ».

La cathédrale de Liverpool est par ailleurs située non loin de l’hôpital des femmes. C’est dans cet édifice qu’Emad al-Swealmeen s’était converti de l’islam au christianisme selon le Daily Mail, semble-t-il à partir de 2015. Avait-il initialement prévu de faire exploser sa bombe dans cette cathédrale ? Emad al-Swealmeen avait aussi changé de nom et se nommait Enzo Almeni. Il était inconnu des services de renseignements selon les médias anglais.

Emad al-Swealmeen (à droite) s’était converti au christianisme. (photo Facebook)

Le chauffeur de taxi n’a pas enfermé le terroriste présumé dans sa voiture

Le chauffeur de taxi a été blessé au moment de l’explosion. David Perry a malgré tout réussi à sortir du véhicule après la déflagration, mais surtout avant qu’il ne s’embrase. Tout a été filmé par une vidéosurveillance et ces images ont été diffusées sur les réseaux sociaux ce lundi matin. Le Daily Mail a avancé l’hypothèse selon laquelle David Perry avait fermé les portes de sa voiture, empêchant le terroriste présumé de sortir et de faire des victimes dans l’hôpital. La maire de Liverpool, Joanne Anderson, l’a également félicité pour cet acte.

Mais selon l’épouse du principal intéressé, la réalité est très différente. « Il y a beaucoup de rumeurs qui font de lui un héro qui a enfermé son passager à l’intérieur de la voiture », a-t-elle convenu au Telegraph. « Mais la vérité est qu’il a, sans aucun doute, de la chance d’être en vie. L’explosion s’est produite alors qu’il était dans la voiture et la façon dont il a réussi à s’échapper relève du miracle. Il a certainement des anges gardiens qui veillent sur lui », a-t-elle assuré. Sur la vidéosurveillance, on aperçoit la violente explosion qui survient alors même que le taxi n’est pas encore totalement à l’arrêt. Une détonation que le terroriste présumé n’a sans doute pas voulu.

Les suspects remis en liberté

Quatre suspects de 20, 21, 26 et 29 ans ont été interpellés et placés en garde à vue dans cette enquête. Ils ont été remis en liberté ce lundi soir après avoir été interrogés par les policiers annonce Sky News.

La police antiterroriste de la région est chargée des investigations, avec l’appui de la police du Merseyside et du MI5. Le niveau de la menace terroriste au Royaume-Uni a été relevé ce lundi à « sévère » – le quatrième niveau sur les cinq existants -, ce qui signifie qu’une attaque est jugée « très probable ».