Meurtre de Prescillia à Estagel : la gendarmerie lance un appel à témoins


Prescillia a été retrouvée sans vie dimanche 7 juillet. (photos Gendarmerie / Facebook)

Prescillia Gonzales Manrubio a été tuée dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 juillet dernier à Estagel, près de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Son corps a été retrouvé dans le cimetière de la commune au petit matin. Pour l’heure, aucun suspect n’a été interpellé et les gendarmes ont décidé de lancer un appel à témoins.

Les gendarmes de la section de recherches de Montpellier, de la brigade de recherches de Rivesaltes et du groupement des Pyrénées-Orientales poursuivent leurs investigations pour retrouver le ou les auteurs du meurtre de Prescillia qui venait d’avoir 18 ans.

Des coups de couteau à la gorge

L’autopsie de la victime a montré qu’elle avait reçu 5 coups de couteau à la gorge, de face, avec la pointe d’un couteau. Trois des coups sont superficiels, et deux ont causé « des entailles profondes » dont l’un qui a atteint la jugulaire gauche et le larynx de la jeune fille, avait annoncé le procureur de la République 48 heures après les faits.

Le décès de Prescillia aurait été causé par une asphyxie, une « embolie gazeuse » ou une « suffocation mécanique, une pression exercée sur la bouche et le nez ». En outre, des traces de violences sexuelles ont été découvertes mais la jeune fille n’aurait pas été violée.

Elle souffrait « d’un déficit intellectuel et d’un handicap moteur léger ». Une précision qui constitue des circonstances aggravantes pour le ou les auteurs du crime.


Un ADN isolé mais inconnu du FNAEG

Les enquêteurs sont parvenus à isoler un ADN masculin sur le lieu des faits mais le suspect n’est pas connu au fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), ce qui rend impossible son identification pour l’heure. « Dans la période du flagrant délit, nous avons auditionné près d’une centaine de personnes », explique une source proche de l’enquête au journal Le Parisien.

Prescillia s’était rendue au bal annuel des pompiers d’Estagel le samedi 6 juillet, sur la promenade des platanes. Elle avait ensuite disparu. Un promeneur avait retrouvé son corps sans vie, dénudé, dans le cimetière de la commune le dimanche matin. Sa famille s’était inquiétée au cours de la nuit de ne pas voir leur fille rentrer.

Les enquêteurs recherchent des images de la soirée

Les enquêteurs ont lancé un appel à témoins ce mercredi afin d’obtenir des photos ou des vidéos de la soirée du bal des pompiers d’Estagel, à laquelle la jeune fille a assisté avant de disparaître. Si vous êtes en possession d’images ou d’informations, contactez les enquêteurs au 06.27.43.50.34.