Région Île-de-France

L'homme a finalement été interpellé à Paris le lendemain matin. Il a été placé en garde à vue.
Il est accusé d'avoir suivi la victime jusqu'à son immeuble et de l'avoir frappée, puis amenée au sous-sol avant de la violer.
Les deux hommes ont été condamnés pour leur préparatifs en vue de commettre "un attentat à l'arme de guerre sur le territoire français". Ils avaient déjà écopé de la même peine en première instance.
Les policiers avaient constaté qu'il donnait des signes de vie alors qu'il avait été déclaré mort et placé dans une housse mortuaire.
Il a également affirmé qu'il ne regrettait pas de ne pas s'être fait exploser la nuit des attaques terroristes.
23% des étudiants, en grande majorité des femmes, ont affirmé avoir subi des violences sexuelles.
Le parquet avait requis leur placement en détention provisoire. Deux scènes de violences ont précédé le décès de la victime.
Les policiers sont d'abord tombés dans un guet-apens. Ils ont ensuite été pris pour cible par des tirs de mortiers d'artifice et des jets de projectiles.
Le seul survivant du commando terroriste du 13-Novembre, Salah Abdelsam, a raconté pour la première fois son parcours la nuit des attaques. Ce mercredi, il a aussi avoué qu'il avait renoncé à se faire...
Elles se sont présentées d'elles-mêmes à la police.
La victime de 18 ans a été poignardée durant la bagarre. Elle a été transportée à l'hôpital avec un pronostic vital engagé.
Le seul survivant du commando terroriste des attentats du 13-Novembre est resté silencieux lorsqu'il a été interrogé les fois précédentes.