Touristes scandinaves décapitées au Maroc : la peine de mort requise contre 3 des accusés


Louisa Vesterager Jespersen et Maren Ueland ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre 2018, dans le sud du Maroc.

Deux touristes scandinaves avaient été tuées et décapitées par plusieurs hommes dans le Haut-Atlas, une région montagneuse du sud du Maroc, dans la nuit du 16 au 17 décembre 2018. La peine de mort a été requise ce jeudi pour les trois principaux accusés.

Elles étaient en vacances au Maroc et ont croisé la route de trois tueurs. Ces derniers ont reconnu devant un tribunal antiterroriste marocain avoir décapité les deux jeunes touristes Scandinaves au nom du groupe État islamique (EI).

Dans la nuit du 16 au 17 décembre 2018, Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et son amie Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, avaient planté leur tente dans un site isolé du massif du Haut-Atlas (Maroc), sur la route du Mont Toubkal, le plus haut sommet de l’Afrique du nord. C’est là qu’elles ont été tuées. L’autopsie a comptabilisé 23 blessures sur le corps de l’une des victimes, et 7 sur celui de la seconde.

« Les deux victimes ont été poignardées, égorgées puis décapitées », avait expliqué le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) en charge de cette enquête, quelques jours après les faits.

20 autres accusés

Les trois accusés ayant avoué le double meurtre, Abdessamad Ejjoud, un marchand ambulant de 25 ans, considéré comme le « cerveau » du groupe, Younes Ouaziyad, un menuisier de 27 ans, et Rachid Afatti, 33 ans, qui avait filmé les faits avec son téléphone portable, n’ont pas prononcé le moindre mot lors du réquisitoire réclamant la peine de mort à leur encontre.


Par ailleurs, des peines de 15 ans de prison à la perpétuité ont été requises contre 20 autres accusés marocains, âgés de 20 à 51 ans. Ces derniers vivent dans des quartiers populaires de Marrakech.

Parmi eux, un seul étranger qui est un Hispano-suisse. Kevin Zoller Guervos qui est converti à l’islam, est accusé d’avoir appris aux tueurs présumés à utiliser une messagerie chiffrée, mais également de les avoir « entrainés au tir » indiquent les médias locaux.

La majorité des accusés ont reconnu être des partisans de l’EI

La perpétuité a été requise contre Abderrahim Khayali, un plombier de 33 ans, qui a accompagné les trois tueurs présumés, mais qui les a quittés avant les meurtres pour aller à Marrakech rechercher une planque.

Les quatre hommes avaient déjà tenté de tuer des touristes à deux reprises. Le procureur a également rappelé que l’ensemble des accusés avaient reconnu être des partisans de l’EI, à l’exception de trois d’entre eux.

Deux vidéos diffusées sur les réseaux sociaux

Une vidéo montrant la décapitation d’une victime avait été diffusée sur les réseaux sociaux peu après le double meurtre. Sur ces images insoutenables, l’un des auteurs a déclaré agir « pour nos frères d’Hajin [ville en Syrie] ». Les quatre principaux accusés avaient également diffusé une vidéo dans laquelle il faisait allégeance au groupe EI.

Ce double assassinat a provoqué un vif émoi au Maroc. Même si des peines de mort sont prononcées par la justice du pays, un moratoire est appliqué depuis 1993. Plusieurs pétitions ont circulé sur internet pour réclamer la peine de mort pour les trois accusés. La prochaine audience se déroulera le 11 juillet.