Une centaine de CRS déposent casques et matraques pour protester contre la réforme des retraites


Des CRS ont choisi de poser leurs casques et leurs matraques ce lundi matin. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Aurelie LADET)

Une centaine de CRS a mené une action symbolique ce lundi matin devant leur cantonnement de Pondorly, à Chevilly-Larue (Val-de-Marne). Ces derniers ont déposé leurs casques et leurs matraques dans le but de protester contre la réforme des retraites préparée par le gouvernement.

Le geste est symbolique mais fort. Plusieurs dizaines de CRS en tenue ont décidé de poser leurs casques et leurs matraques vers 11 heures ce jeudi matin devant leur cantonnement de Pondorly, qui est le plus grand en Île-de-France. Les fonctionnaires ont répondu à un appel des syndicats Alliance Police Nationale et UNSA Police.

Les policiers ont choisi ensuite de faire une minute de silence pour les 13 militaires qui ont perdu la vie au Mali lundi dernier, pour les trois secouristes tués la nuit dernière lors du crash de leur hélicoptère dans les Bouches-du-Rhône, ainsi que pour tous les policiers qui se sont suicidés depuis de l’année. Ces derniers seraient au moins 55 selon un décompte non officiel.

« Un dernier ultimatum au gouvernement »

« Le but de cette action est de lancer un dernier ultimatum au gouvernement, côté CRS », a déclaré le secrétaire général du syndicat Alliance, Fabien Vanhemelryck, cité par Le Parisien. Le syndicaliste a ajouté que le maintien de l’ordre « serait fait » le 5 décembre prochain lors du mouvement général de grève, « mais après peut-être ne répondront-ils pas de la même façon ».

Le patron du syndicat Alliance a appelé une nouvelle fois le gouvernement à répondre aux revendications exprimées lors de la « Marche de la colère », une manifestation qui s’est déroulée le 2 octobre dernier à Paris, où 27 000 personnes ont participé à l’appel de nombreux syndicats de police.