Attaque du commissariat de Champigny : un homme interpellé et placé en garde à vue


Le commissariat de Champigny a été attaqué durant la nuit. (captures écran vidéos/DR)

Le commissariat de police de Champigny-sur-Marne a été attaqué par une quarantaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche. Plusieurs véhicules ont été dégradés.

Une quarantaine d’agresseurs s’en sont violemment pris au commissariat de Champigny-sur-Marne situé place Rodin, à proximité de la cité sensible du Bois l’Abbé, peu avant minuit. Deux policiers étaient en train de fumer une cigarette devant les locaux lorsqu’ils ont vu arriver les assaillants armés de barres de fer indique une source policière. Les fonctionnaires ont tout juste eu le temps de s’abriter dans le sas.

Les assaillants ont tenté de pénétrer dans le commissariat à leur tour en frappant sur la porte vitrée. Deux conteneurs poubelles ont été incendiés à proximité et les forces de l’ordre ont été visées par des tirs de mortiers d’artifice comme le montrent des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux.

Au total, cinq véhicules dont deux de police, ont été dégradés. Plusieurs vitres du commissariat ont également été brisées mais aucun blessé n’est heureusement à déplorer. Les policiers ont également retrouvé huit mortiers qui ont été saisis pour les besoins de l’enquête.

Un homme placé en garde à vue

Un suspect a été interpellé ce dimanche dans le cadre cette enquête. Il s’est opposé à son interpellation, ce qui a provoqué un attroupement autour des policiers au moment de leur intervention. Ces derniers ont dû faire usage d’une grenade lacrymogène pour se dégager. L’interpellé a été placé en garde à vue.

« Monsieur le ministre nous avons dépassé l’ensauvagement »

« Les petits caïds n’impressionnent personne et ne décourageront pas notre travail de lutte contre les stupéfiants. Heureusement aucun blessé dans l’agression visant le commissariat de Champigny cette nuit. Soutien total à nos policiers qui font un travail difficile », a écrit le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter peu avant 11 heures.

« Quand l’ensauvagement prend racine avec l’aveuglement de certains qui parlent d’incivilités ! La faiblesse d’État sans réaction », a réagi le syndicat Alliance police nationale sur Twitter. « Attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne par une quarantaine de salopards ! Monsieur le ministre nous avons dépassé l’ensauvagement ! », s’indigne l’Unité SGP Police FO. De son côté, la préfecture de police évoque « des actes intolérables », précisant qu’une enquête est en cours.

Deux véhicules de police et trois autres voitures ont été dégradés. (DR)

De nombreux précédents

Ce n’est pas la première fois que le commissariat de Champigny-sur-Marne est la cible d’une telle attaque. Déjà en avril dernier, il avait essuyé des tirs de mortiers d’artifice durant la nuit. Ce fut également le cas en mai 2018. Le commissariat de Vitry-sur-Seine avait aussi été visé par une attaque aux tirs de mortiers dans la nuit du jour de l’an. Même chose pour le commissariat de Plaisir (Yvelines) en mai dernier.

En juillet 2019, le commissariat de Saint-Denis avait aussi été attaqué par des individus qui s’étaient filmés et avaient diffusé les images sur les réseaux sociaux.

Plus récemment, dans la nuit de vendredi à samedi, un cocktail Molotov a été lancé sur une voiture de police stationnée devant le commissariat de Sèvres (Hauts-de-Seine). Quelques heures plus tôt, les policiers avaient mis fin au tournage sauvage d’un clip de rap et avaient été pris pour cible par des tirs de mortiers. Dix personnes ont été interpellées.