«Si un policier meurt, on double la paie, 300 000$», des tags visant la police découverts à Floirac


Les tags ont été découverts dans la cité du Midi.

INFO ACTU17. Deux tags anti-police ont été découverts sur les murs d’un bâtiment dans la cité du Midi à Floirac, près de Bordeaux (Gironde) ce lundi. Des inscriptions qui promettent une forte somme d’argent « si un policier meurt ».

Une fois encore, les policiers sont visés et menacés. Deux tags ont été découverts vers 16 heures ce lundi après-midi sur les murs d’un bâtiment dans la cité du Midi, à Floirac. « Récompense assurée si tu brûles la Passat », peut-on lire. Des propos qui font référence aux nombreuses voitures de police qui sont des Volkswagen Passat. « Si un policier meurt, on double la paie. 300 000$ », est-il ensuite écrit. Une enquête a été ouverte afin de retrouver le ou les auteurs de ces tags.

D’autres tags menaçant de mort les policiers ont été trouvés à Lyon quelques heures plus tôt. « Balle dans le front pour Eric Masson, prochaine cible => BST du 8ème », pouvait-on lire sur un mur de l’école Jean-Mermoz située dans le 8e arrondissement.

Le mois dernier, ce sont des photos personnelles de policiers qui ont été découvertes dans les parties communes d’un immeuble de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis). Des clichés venant d’un groupe WhatsApp nommé « Mort aux flics ». D’autres photos avaient aussi été trouvées accrochés dans un hall d’immeuble à Épinay-sur-Seine.

« ACAB Magnanville partout »

Des tags avec l’identité de plusieurs policiers avaient également été trouvés à Limoges (Haute-Vienne) en février dernier. Celle de l’épouse d’un fonctionnaire était également présente. A Paris le 1er mai, « ACAB. Magnanville partout » a été tagué lors de la manifestation, sur un rideau de fer. A chaque fois, une enquête a été ouverte.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce lundi soir, après avoir rencontré les syndicats de police, un durcissement des peines à l’encontre des agresseurs de policiers et gendarmes.